Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

rock

  • En musique

    Un aspect essentiel que le sport a en commun avec la musique : le rythme (déjà évoqué ici). Celui-ci est d'ailleurs primordial pour les sportifs solitaires : il n'y a qu'à voir la quantité de joggers qui s'aident du MP3.

    Qu'écoutent-ils ? Si la musique militaire est plus adaptée à la marche, la course requiert un tempo différent, mais aussi un son plus torturé, et parfois même "guerrier", ce qui peut paraître paradoxal  ! Pas tant que cela, si l'on considère que "sport d'endurance" signifie d'abord "douleur", "inconfort" pour parvenir au dépassement de soi par l'effort. A la différence de la plupart des sports, il n'y a pas d'autre adversaire à combattre que soi-même et les éléments.

    Comme dans la vie, la grandeur de la bataille est intérieure... Dire qu'il y en a pour s'imaginer que nos sports se distinguent par leur pacifisme !   

    Ce besoin d'influx a eu le mérite de m'initier, ado, aux groupes de rock "engagé" et de heavy metal. Grand vainqueur dans mon vieux walkman à cassette : le son teigneux du "Very Best of" de Deep Purple, violent, endiablé, fréquemment en surrégime. Chansons aux titres évocateurs : "Speed King", "Highway Star", "Stormbringer"... Les variations en accompagnent parfaitement l'effort en VTT ! 

    Mais cette écoute n'a pas fait de moi un fana de hard-rock, la preuve, déjà à l'époque je préférais m'apaiser une fois rentré avec les sons plus pacifistes de Mike Oldfield, Peter Gabriel ou Pink Floyd. 

    Et j'ai réalisé que les deux s'harmonisaient déjà dans la nature, à condition de bien prêter l'oreille !

    La nouvelle partition est à aller chercher demain, sur la rando des Foulées du Cézallier à Marcenat...