Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

politique

  • ça m'énerve...

    ... les basses manoeuvres qui semblent se concentrer ces derniers temps pour déconsidérer le vélo en général, et le VTT en particulier. Le plus beau, c'est que ces éclairages médiatiques passent au départ pour des coups de projecteur positifs !

    On avait déjà l'autre champion en évitement du jet de chaussures de l'autre côté de l'Atlantique, qui se déclarait sans complexe "pratiquant assidu du mountain-bike". Avec un promoteur comme ça, sûr qu'aux States ça doit pas aider les clubs à engranger les inscriptions. Et encore, je ne reparle même pas d'Armstrong (qui prétend prendre plaisir à s'entraîner en VTT), je l'ai déjà trop fait !

    Heureusement qu'en France on a (entre autres) Absalon. Mais les campagnes anti-vélo semblent aussi se succéder chez nous depuis quelque temps :

    - L'autre soir, sur une des chaînes de la TNT, un film débile prenait comme héros un "mordu de VTT". Je me suis dit, y'a rien sur Arte, chuis crevé, un moment de mise hors tension du cerveau ça ne peut pas faire de mal ! Eh bien j'avais sous-estimé la performance hallucinante des scénaristes : pour commencer, un python sous amphéts de 40 mètres de long (et très énervé) se carapate du labo militaire qui l'employait pour expérimentations. La police du bled s'avoue impuissante à enrayer l'accumulation d'attaques mortelles qui s'ensuit (refrain connu). Jusque-là, dans le sous-Spielberg, rien de trop catastrophique. Le pire reste à venir :  notre sympathique vététiste, ado attardé à gros mollets d'environ 25 ans, sème la terreur sur les trottoirs de sa commune avec sa machine de compétition. Je ne vous dévoilerai rien de l'épaisseur psychologique du personnage... (Y'en a pas !!!). Innocent et inconséquent comme pas permis, celui-ci décide d'aller écumer avec ses potes les forêts du coin pour un petit week-end de pédalage entre amis. Et devinez qui va finalement se payer le scalp du serpent modifié génétiquement grâce à son adresse technique sur deux roues ? Si si...

    - Et depuis, ce sont les reportages qui prennent le relai : 66 minutes faisait son miel l'autre jour des conduites intégristes des nouveaux cyclistes citadins : feux rouges grillés, code de la route bafoué, agressivité au guidon pire que celle des automobilistes, le tout bien sûr au mépris de leur propre sécurité (pas de casque, ni pour elle ni pour sa fille dans l'exemple de la jeune mère active suivie par le journaliste). Evidemment, je ne nie pas que l'explosion actuelle du vélo en ville ne favorise pas ce type de comportement chez certains nouveaux pratiquants, mais je pose la question : à qui profite la généralisation conduite par ce document ? Certainement pas à ceux qui voudraient se faire les ambassadeurs d'une pratique du deux-roues citoyenne et écologique, donc responsable, hors de tout effet de mode.

    - Dernière manifestation de crainte (pour l'instant) : que va devenir la médiatisation du Tour de France en 2009, avec France 2 bientôt privée de pub ? Ils vont nous sucrer Gérard Holtz ?!

  • Une nouvelle politique de la rustine

    La politique de la rustine, Keskeucé ?

    Rapporté au gouvernement d'un pays, c'est une pratique qui consiste à se contenter des réformes minimales pour répondre à une urgence, en général pour ne pas mécontenter les électeurs. Mais comme disent les économistes, "ça tient ce que ça tient" en attendant la prochaine crevaison !

    1869279949.jpg

    Ici, photo d'archives d'une balade entre potes à l'époque du lycée... la galère se partage pour se transformer en moment de convivialité. Certes, nous crevions souvent, mais cela n'entachait en rien l'enthousiasme de nos sorties. Au contraire, c'était devenu un sujet de plaisanteries et de paris. Le risque ne participe-t-il pas du plaisir ?

    N'empêche qu'on se rend bien compte qu'à force d'ajouter des rustines, la chambre à air ne vaut plus grand-chose.

    Cette observation ne prétend en aucun cas avoir valeur de réflexion politique ! La seule morale que j'en tirerais, c'est de toujours avoir sur soi de quoi réparer pour ne pas pourrir la sortie. Mais bon, y'a des fois où ça suffit pas...758590411.jpg

    Heureusement, un tel carnage reste rare dans le cadre d'une pratique normale, et cela n'est arrivé à aucun de ceux de notre groupe à la Pastourelle avant-hier. Il y avait déjà assez à faire comme ça avec la gadoue !

    Au fait, pour le récit complet de ma course c'est là (y'en a qui vont encore râler parce que j'ai pas pu m'empêcher de mettre quelques détails, mais comme dit le dicton "plus c'est long..."). Et la rubrique "A propos" a été remise à jour ! Bonne lecture...