Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

matériel

  • Octobre à vélo

    Bel exemple d'été indien... qui aura profité aux escapades de l'ACVA, avec lieux insolites, montées impossibles, crevaisons et bien d'autres choses encore !

     

    vélo,vtt,acva,météo,maxime qu'est-ce que je viens de dire      vélo,vtt,acva,météo,maxime qu'est-ce que je viens de dire

     

    vélo,vtt,acva,météo,maxime qu'est-ce que je viens de dire             vélo,vtt,acva,météo,maxime qu'est-ce que je viens de dire

     

     

    Dommage qu'il n'y ait aucune compétition en cette fin de saison, pour moi ça sentait le pic de forme avec un poids stabilisé à 73 kgs (pour 1,80m), bien mieux que pour les championnats du Cantal en avril dernier. Plus facile dans les montées ! Mais au passage, je déplore l'idée de placer ces courses trop tôt dans la saison et à une période où la pluie et les terrains gras sont souvent de la partie. Alors que les conditions étaient idéales lors des éditions automnales précédentes (ici, ou encore par exemple). Et l'auraient été encore plus cette fois.

    Du coup, le Médusa tout neuf reste au garage en attendant son heure (d'hiver) qui elle, abrège déjà certaines sorties...

     

    vélo,vtt,acva,météo,maxime qu'est-ce que je viens de dire         vélo,vtt,acva,météo,maxime qu'est-ce que je viens de dire

     

  • En mode "vélociraptor"

    Rien de plus ingrat lors des premières balades dans la froidure qu'une perte d'adhérence imprévue et répétée des pneus (trahison ! ça s'appelle lâcher l'affaire). A part peut-être les projections de boue ou d'eau glacée alors que la sortie ne fait que commencer... Dépenser des calories pendant l'hiver, d'accord, mais dans le confort pour garder l'envie !

    vélo,vtt,matériel,hiver,boue,adaptation des dinosaures

    Le mode "vélociraptor", c'est d'abord des trains roulants adaptés. Et là, rien que les noms des bestiaux annoncent la couleur : Maxxis Medusa à l'arrière pour ne rien lâcher, Specialized Purgatory à l'avant pour purger le terrain. "Accrocher & évacuer" !

            vélo,vtt,matériel,hiver,boue,adaptation des dinosaures              vélo,vtt,matériel,hiver,boue,adaptation des dinosaures

    Et pour rester à l'abri du carnage, les dinosaures n'avaient pas de garde-boue... Moi, si ! ;-)))

    Vivement les frimas...

  • De l'intérêt du tubeless et du liquide préventif

    Aujourd'hui c'est samedi, jour de sortie avec le club et de lamentations du lamantin lamentable...

    Un peu de mécanique ce matin : exit le gros pneu arrière à crampons, place à davantage de rendement en espérant que les conditions estivales de ces derniers jours perdurent quelques temps !

    Démontage, donc, et là, la preuve de l'efficacité du duo tubeless + liquide préventif à l'intérieur du pneu :

     épines tubeless.jpg
     
     
    Sans commentaire, sauf que malgré ces énormes épines solidement plantées, je n'avais noté aucune déperdition dans le gonflage !
  • Evolution... des pionniers à nos jours

    Petit retour sur mes compagnons d'évasion sans remonter jusqu'à mon tracteur à pédales auquel je dédie cette note, snifff

     1909242789.jpg

    1° Celui avec lequel tout a commencé, époque branchée donc fluo (cf. note précédente dans la catégorie "historique")

     

     

     

    502642136.jpg

     2° La technologie évolue (enfin, pas trop vite quand même !) 2e VTT en 1990 : MBK Aventure.

    NB : La propagande est d'époque (document du constructeur), mais les responsables se gardaient bien de fanfaronner sur le poids de la bête, qui atteignait les 17kgs ! Je gage que certain(e)s voudront témoigner !

    Et le plus beau, c'est que j'ai gagné des coupes avec (si, si, j'ai les preuves !) Sûrement des organisateurs compatissants...

     

     

     

     

    1548255471.jpg

    3° Cette fois-ci ça rigole plus, 1er VTT de compète (et le début de la fin des bons classements ? Je débarque en catégories espoirs, puis séniors) au tout début 1992.

    L'engin des States, un Mongoose Iboc comp, perche ici dans sa position caractéristique d'attente de torture sur la Sebmobile.

    Rapide descriptif technique : cadre chromo 4130 avec wishbone arrière, groupe Shimano DX (à l'époque, l'intermédiaire entre le Deore LX et le XT), potence Zoom, selle Flite (pas d'origine !) et poids enfin raisonnable : 13,5kgs !

    Vous remarquerez le toit ouvrant sur la 5 Five, pas d'origine non plus, pour profiter autant que possible de la nature.

    1169573910.jpgEt là, c'est en action... j'en reparlerai sûrement, des courses par équipes à Lempdes (43), parce que ça, c'était quelque chose !

     

    1837596535.jpg 4° Toujours ces salauds de ricains... En 1996, je me laisse tenter par Ze Vélo mythique du mountain-bike : eh oui, c'est un Stumpjumper de chez Specialized, avec un cadre en M2 (on sait pas trop bien si c'est de l'alu ou si il y a du produit dopant...) et enfin une fourche suspendue Rock Shox Judy XC. A ce niveau, les pédales ne peuvent être qu'automatiques (système Shimano).                                                                                        Poids : 11,7kgs.

    ça m'a tellement plu que je l'ai gardé, et que je roule encore avec régulièrement (photo vers Salers. A propos, la Pastourelle approche !)

     

     

     

     

    2006946842.jpgEt 5°, Last but not least, 2006 : retour aux origines, puisque c'est un Lapierre. ça s'appelle "flamber une paie (et même plusieurs...) de prof contractuel"

    Plus sérieusement, donc : Lapierre 430 X-Control Evo 2, cadre alu SL, fourche et amortisseur Fox 100 mm, freins à disque formula Oro, roues Mavic Crossmax enduro équipées Tubeless. Poids environ 12 kgs.

    Comme d'hab, j'ai rajouté la Flite qui va bien et les embouts de guidon dont je ne peux plus me passer même sur une raquette de tennis (y'en a qui me croient pas que ça s'appelle des Bar-ends !)                       

    L'alibi pour cet investissement franchement déraisonnable : "M..., après tout on n'a qu'une vie", et puis aussi partir à la découverte de randos de plus de 50 kms avec des descentes qui tabassent de folie sans prendre un abonnement chez le kiné.