Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

entraînement

  • Entraînement hivernal

    Avec cet hiver bien pourri depuis le mois de novembre, pas simple de garder le rythme. J'ai essayé quand même !

    Lire la suite

  • Nouveau cycle

    Un coup de jeunesse, et hop ! C'est reparti... 

    Lire la suite

  • Pluie de Pâques

    C'est bien ce que je craignais. Difficile de conjuguer l'arrivée d'un deuxième enfant au milieu de l'hiver avec une pratique régulière du deux roues. Et quand en plus un printemps tout en faux-départs s'en mêle ! J'en suis donc venu à scruter avec plus d'insistance les sorties et les compétitions des collègues sur les blogs et les réseaux sociaux tout en me répétant "si seulement..."

    Mais je ne fais pas que rêvasser devant mon écran non plus, mon cardio pouvant témoigner de quelques bonnes sorties occasionnelles à plus de 2000 calories. L'écueil principal restant, dans ces conditions, de nettoyer et entretenir le matériel après.

    Les horaires des sorties club s'avérant trop contraignantes pour le moment, c'est en solo que j'ai ressorti hier le "mulet" pour une bonne balade sur route.

    J'en ai tiré deux constats principaux :

    1. Ben, y'avait pas foule. Un seul cycliste croisé ! D'où l'intérêt de s'entraîner dans des conditions défavorables pour être en forme après (à condition de ne pas attraper la crève, bien sûr^^)

    2. La route, ça permet quand même d'avoir nettement moins de boue à enlever à l'arrivée. Bon, c'est vrai que j'ai davantage eu l'impression de pratiquer l'aviron ou le kayak, la pluie s'intensifiant, la fatigue dans les bras en moins. Mais ce n'était pas si désagréable... 

  • La passe-tout-raide... et autres activités printanières

    Fin mai, avec "quelques" kilomètres au compteur et surtout des sorties plus régulières, mes jambes commencent enfin à tourner correctement. Mais je peine à passer le cap des 400 à 500 mètres de dénivelé positif par sortie. A la Pastourelle, pas de problème : le niveau est atteint dès la première demi-heure ! C'est raide...

     

    vélo,vtt,pastourelle,passerelles,dériv'chaînes,entraînement,randonnée,jardinage

     

     Et quand on en est là sur le raid, le plus dur n'est pas fait... "Raid" aussi à entendre pour les concurrents que j'ai rattrapés dès les hauts de Récusset, mais il fallait bien que quelqu'un les prévienne !

    Et dire qu'après il y a ça (par exemple)...

     

     

           vélo,vtt,pastourelle,passerelles,dériv'chaînes,entraînement,randonnée,jardinage         vélo,vtt,pastourelle,passerelles,dériv'chaînes,entraînement,randonnée,jardinage                                                  

     

     Et de la boue (un peu). Mais au moins, ni pluie ni neige pour cette édition, avec les averses orageuses de ces derniers jours et le refroidissement qui s'en est suivi, c'était pas gagné !  

    On apprend à être prudent sur la météo et sur le parcours aussi, et à apprécier d'y être, tout simplement. Malgré quelques regrets, le 39 kms de la "Rando des sources" s'avérait plus adapté à mon niveau du moment. Un beau (très beau) parcours montagnard, et pas de pression... Sauf que je n'arrive décidément pas à faire une randonnée réellement en "mode rando". 

    Pas trop de temps pour la contemplation...

     

    vélo,vtt,pastourelle,passerelles,dériv'chaînes,entraînement,randonnée,jardinage

     

     

    Enfin, tout est relatif : pas de chrono, ça permet quand même de s'arrêter aux ravitos (le saucisson descend tout seul) et de discuter. Les bénévoles étaient tout aussi visiblement heureux !

    Et à ma décharge, partir à plusieurs d'un même club au milieu d'un paquet d'autres "énervés" n'incite pas à la balade tranquille ! Surprise : cette fois, Eric n'avait plus rien d'un "playmobil" : parti comme une fusée, il n'a jamais relâché son effort. En tout cas pour autant que j'aie pu en juger, car je l'avais laissé prendre le large depuis longtemps plutôt que d'exploser dès les premiers kilomètres. Sacrément affûté le gars, au point qu'il aurait sûrement fait une belle performance sur le raid.

    Autre type de parcours en montagne : les reconnaissances pour les parcours de la prochaine Dériv'chaînes. Nous en interne on appelle ça du jardinage : recherche de chemins ou de jonctions à travers les forêts, les champs, etc. Des fois il y en a. Des fois. Parfois même les chemins ont été envahis par des ruisseaux, et là... on passe où on peut !

     

     

    vélo,vtt,pastourelle,passerelles,dériv'chaînes,entraînement,randonnée,jardinagevélo,vtt,pastourelle,passerelles,dériv'chaînes,entraînement,randonnée,jardinage

     

    vélo,vtt,pastourelle,passerelles,dériv'chaînes,entraînement,randonnée,jardinage

      

    Une autre façon de s'amuser et de découvrir, mais on sait dès le départ que le kilométrage n'est pas dans les objectifs du jour.

  • Repérage championnats du Cantal 2014 à Marcolès

     Du soleil, des paysages printaniers, de beaux (très beaux !) chemins larges puis monotraces, que demander de plus ?

     

                    vélo,vtt,championnats du cantal vtt,nature,technique,entraînement               vélo,vtt,championnats du cantal vtt,nature,technique,entraînement 

     

    Un peu de pilotage peut-être ? Qu'à cela ne tienne ! Direction les sous-bois.

                 

            vélo,vtt,championnats du cantal vtt,nature,technique,entraînement      vélo,vtt,championnats du cantal vtt,nature,technique,entraînement

     

    Et là, mieux vaut vérifier où l'on va avant de s'engager (ou pas !) 

              

                                                 vélo,vtt,championnats du cantal vtt,nature,technique,entraînement

     

    En bref c'est toujours du vrai VTT où subsiste le défi technique et physique que je vantais lors de l'édition 2012 à l'inauguration de ce tracé de Marcolès (ici en reco., et là pour la perf de votre serviteur...) Quelques modifications s'annoncent néanmoins pour la version 2.0. Le problème, c'est qu'une reco avant balisage peut vite se transformer en séance de "jardinage" : en XCO, le tour ne doit jamais faire les 16 kms constatés au compteur, d'où nombre de concertations dans l'équipe de l'ACVA !

     

    vélo,vtt,championnats du cantal vtt,nature,technique,entraînement,acva

     

    Pourtant on s'est bien amusés, y compris dans les "rallongis"... Surtout qu'il y a de quoi faire dans le coin, question variantes. 

    Malgré mon (abyssal) déficit d'entraînement, ça m'a donné sacrément envie d'y refaire tourner les roues si le terrain ne devient pas gras et glissant d'ici dimanche prochain. Moins que mes 40 ans fraîchement sonnés, ce sont bien les 400 kms même pas atteints depuis le début de l'année qui me font encore cogiter. A moins de me contenter de l'allure "quadragéneur" voire VTPC ("vieux tout pourri du Cantal") pour aller au bout ? Il va juste falloir assumer de bouchonner du monde ^^.

    Et comme en rentrant hier j'avais encore un peu de jambes, j'ai pu faire le point sur la relève directement sur le terrain : si Maxime progresse, il n'est pas encore prêt pour tout de suite... A cinq ans et demi, il valide déjà avec entrain les franchissements herbeux et les virages relevés. Mais les ornières font encore verdir les pantalons et rentrer le métier. Patience ! 

     

                       vélo,vtt,championnats du cantal vtt,nature,technique,entraînement,acva                  vélo,vtt,championnats du cantal vtt,nature,technique,entraînement,acva

     

     

  • A petite vitesse...

    A ses bénéfices, il est facile de mesurer la différence entre les périodes où l'on s'astreint à un entraînement sportif et les autres. Vous l'aurez compris, 2013 est une année "sans" (800 kms à ce jour sans plan précis) et j'en mesure aussi les effets indésirables dans la vie de tous les jours : manque d'entrain, de projets, irritabilité, subséquemment ralentissement de ce blog... Dans mon cas, la pratique du sport n'est clairement pas une perte de temps !

    Cercle vicieux connu : sans véritable entraînement, difficile de se motiver, ce qui conduit à s'entraîner encore moins... Quelques sorties club avec l'ACVA, même irrégulières, m'ont quand même permis de me forcer à garder un rythme, et de limiter les dégâts (déjà suffisamment sensibles) sur la forme et la prise de poids. Reste à se récompenser en se rendant sur des manifestations : autres chemins, autres paysages, la convivialité est là, la participation et pourquoi pas le challenge sportif en prime, après le "fiasco" qui a frappé la Pastourelle. 

     

    vélo,vtt,entraînement,la brivadoise,ronde du renard

     

    La 3e édition de la "Brivadoise", le 16 juin dernier, était l'occasion de retrouver des terrains au soleil, presque sans boue, avec de bonnes montées mais un sol roulant. Vu mon entraînement très "light", le 40 kms (800 m de dénivellé) m'a parfaitement convenu. Au menu cette année, les paysages du Haut-Allier de Brioude aux alentours de Saint-Privat-du-Dragon. Ce que je retiens avec le recul, c'est surtout une bonne ambiance avec des bénévoles aux petits soins (je sais pourquoi j'y reviens, année après année !) et en récompense supplémentaire pour cette fois une longue descente d'anthologie vers Saint-Privat avec des épingles à négocier en glisse, des racines, des dévers, des (tout petits) sauts, des relances, des trajectoires à affiner, du "technique rapide mais pas dangereux..." enfin, selon mes critères ! ;-) J'en ai encore la banane rien que d'y repenser. Beau boulot du club local "VTT en Brivadois", cette descente à elle seule justifiait le déplacement !

     

              vélo,vtt,entraînement,la brivadoise,ronde du renard               vélo,vtt,entraînement,la brivadoise,ronde du renard

     

    Saison enfin lancée ? Ben non. Vous vous souvenez sûrement de la dépression qui a suivi dès le début de semaine suivante (à force, on comprend pourquoi le mot "dépression" ne se limite pas à aux acceptions géologique et météorologique dans le dictionnaire...). C'est donc pas plus affûté que cela que je suis quand même allé au Vernet-la-Varenne, m'aligner à la Ronde du renard pour la 22ème édition. ça tombe bien, j'avais clamé ici même qu'après en avoir "bavé des ronds de chapeau" (...de roue ?) à batailler pour le chrono l'an passé, je me repointerais dans l'idée de profiter cette année : des petits chemins avec vue sur le Sancy, de l'ambiance nocturne de la pleine lune sur le plan d'eau, du coassement des rainettes, du vent léger remuant les cimes des sapins du Livradois, de tout ça.... PRO-FI-TER. Et laisser les "fous du guidon" s'expliquer à grands coups de frontales et de 42-11.

    La Ronde du renard : monument en péril ?

    Billevesées, pour parler poliment. Faut croire que chez moi l'appel de la compétition est plus fort que celui de la poésie, j'ai pas pu m'empêcher d'en remettre une couche façon "Satanas & Diabolo", même sans espoir de résultat. Une fois la certitude acquise que je tiendrais le coup les deux heures, il me fallut mes sept tours habituels... Puis le meilleur classement possible. Malheureusement, la désaffection que l'épreuve a dû essuyer cette année (13 partants seulement !) me rendait la tâche plus facile. Une injustice dont j'espère bien qu'elle ne découragera pas l'équipe d'Hervé Delaval ni les bénévoles...

    Quoi qu'il en soit, après un départ du genre "sans cartouche à gaspiller", je suis progressivement remonté jusqu'à une flatteuse 5e place. Encore plus qu'à mon habitude, je comptais la défendre en ne touchant aux freins qu'en cas d'urgence. Une tactique exploitée à fond (l'huile transpirée par les suspensions fut clairement mon poste de nettoyage n°1 sur le matériel le lendemain) sous les encouragements des spectateurs disséminés sur le parcours. Particulièrement aux abords les plus pentus, mais dans l'autre sens. Cette côte après la ferme, quelle vacherie ! Quand on pense au battage qui a été fait sur la double ascension du Ventoux par les coureurs du Tour 2013... Une belle façon de me rappeler un peu plus à chaque passage ma surcharge pondérale... fatale pour le maintien dans le "top 5" : après une petite passe d'armes, il me fallut baisser pavillon face au retour d'un jeune concurrent, lui aussi sur un X-Control ; trop de côtes et pas assez de descentes, Alexandre Vialatte avait raison* ! 

    Au final, 1ère victoire de Romain Faure, 8 tours en 1h58'. Pour ma part, J'ai parcouru un tour de moins en 2h11'53", ce qui me vaut la sixième place ; il m'a fallu presque 17 minutes de plus que l'an passé mais avec la même moyenne (177 bpm !)... au cardio. Pour MOINS souffrir OU rouler PLUS vite, il faut s'entraîner... 

    * Célèbre écrivain et chroniqueur au journal La Montagne mais aussi passionné de vélo, il a notamment affirmé, démonstration à l'appui : "En Auvergne, il y a plus de montées que de descentes" ! 

  • A la campagne...

    Certes, la rentrée est là, mais est-ce une excuse pour s'arrêter de rouler pour autant ? Meuh non... Ce matin entraînement en solo dans la campagne. La chaleur est encore estivale, mais les jambes vont de mieux en mieux au fil de la sortie, avec un bon quota de montées (+ de 700 m. de D+). Il fallait bien ça pour me préparer au petit tour dans Lyon de dimanche prochain, avec sans doute moins de vaches et plus de voitures !

    vélo,vtt,campagne,vaches salers,entraînement,lyon free vtt,rentrée