Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 août

  • Sortie du 15 août

    Pas si facile de se renouveler pour un 15 août :

    Ce n'était ni une sortie collective ni l'exil de l'ermite, mais une balade avec des rencontres.

                                       vélo,vtt,météo,randonnée,panoramas,échappées,adaptation,llimagne,nature,paysages,auvergne,romain bardet,verlaine,15 août          vélo,vtt,météo,randonnée,panoramas,échappées,adaptation,llimagne,nature,paysages,auvergne,romain bardet,verlaine,15 août

     

     Ce n'était ni la froidure du Cézallier, ni l'humidité d'Aurillac, mais la douceur de la Limagne.

     

     

    vélo,vtt,météo,randonnée,panoramas,échappées,adaptation,llimagne,nature,paysages,auvergne,romain bardet,verlaine,15 août

     

     Ce n'était ni une escapade en altitude, ni une rando au long cours, mais un circuit bien casse-pattes*.

     

    "Combien de fois l'a-t-on parcourue, cette petite piste..." le chant original se réfère davantage à des expéditions africaines qu'aux contreforts du brivadois, mais c'est cet air militaire qui s'est imposé dans ma tête au fil de cet itinéraire sur les terres de Romain Bardet qui sont aussi les miennes.

     

     

        vélo,vtt,météo,randonnée,panoramas,échappées,adaptation,llimagne,nature,paysages,auvergne,romain bardet,verlaine,15 août               vélo,vtt,météo,randonnée,panoramas,échappées,adaptation,llimagne,nature,paysages,auvergne,romain bardet,verlaine,15 août

     

    Pèlerinage, ou madeleine de Proust ? Les deux mon capitaine, et bien d'autres choses encore. "Ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre", comme dans le rêve familier de Verlaine, ce qui me marque le plus ici c'est à quel point la nature et ses paysages se modifient à chaque instant. Mes sorties devenues occasionnelles sur ce terrain que je crois si bien connaître n'en finissent pas de m'étonner. C'est ainsi que les éléments semblent nous pousser à vérifier l'adage bien connu "On ne se baigne jamais deux fois dans le lit d'un même fleuve" !

     

                      vélo,vtt,météo,randonnée,panoramas,échappées,adaptation,llimagne,nature,paysages,auvergne,romain bardet,verlaine,15 août                   vélo,vtt,météo,randonnée,panoramas,échappées,adaptation,llimagne,nature,paysages,auvergne,romain bardet,verlaine,15 août

     

     Dès les premières montées, depuis les bords du Courgoux jusqu'aux bois d'Entremont, une sensation de bien-être me gagne. La douceur enfin presque estivale (et la pente aussi ! Je ne suis pas si en jambes !) me poussent à ôter une épaisseur et à contempler les alentours. Tiens, à défaut d'une sortie "nez dans le guidon", il ne sera pas dit que l'appareil photo restera dans le sac. Un peu plus haut, une vache a faussé compagnie à son troupeau pour faire honneur aux longues herbes longeant le chemin.

     

     

    vélo,vtt,météo,randonnée,panoramas,échappées,adaptation,llimagne,nature,paysages,auvergne,romain bardet,verlaine,15 août               vélo,vtt,météo,randonnée,panoramas,échappées,adaptation,llimagne,nature,paysages,auvergne,romain bardet,verlaine,15 août

     

     

    vélo,vtt,météo,randonnée,panoramas,échappées,adaptation,llimagne,nature,paysages,auvergne,romain bardet,verlaine,15 août               vélo,vtt,météo,randonnée,panoramas,échappées,adaptation,llimagne,nature,paysages,auvergne,romain bardet,verlaine,15 août

     

    L'ascension du Pié Pichou est devenue moins technique depuis quelques années : le chemin a été débarrassé des rochers qui affleuraient. Ne reste plus que la difficulté de la pente pour parvenir au point de vue du château d'eau, où je retrouve un de mes profs (de SVT !) de lycée. Les conditions du jour permettent d'apercevoir au nord la chaîne des puys, et en particulier le Puy-de-Dôme. Le château de Paulhac, comme par magie, semble s'aligner sur son axe pour le garder...

      

    vélo,vtt,météo,randonnée,panoramas,échappées,adaptation,llimagne,nature,paysages,auvergne,romain bardet,verlaine,15 août

     

     

    Un peu plus loin, une moissonneuse récolte les blés : le paysage agricole est lui aussi en pleine période de mutation. Au début de la descente sur la Baraque-David, les tournesols font de l'oeil au soleil enfin retrouvé. 

     

    vélo,vtt,météo,randonnée,panoramas,échappées,adaptation,llimagne,nature,paysages,auvergne,romain bardet,verlaine,15 août                 vélo,vtt,météo,randonnée,panoramas,échappées,adaptation,llimagne,nature,paysages,auvergne,romain bardet,verlaine,15 août

     

    Quelques petits sauts sur une piste bien roulante plus tard, les choses sérieuses commencent vraiment : la montée de la côte de Vazeilles est encore plus ardue que dans mes souvenirs. Il me semble cette fois que le terrain s'est dégradé, l'adhérence s'avère délicate. Heureusement pour moi que les vélos ont eux évolué dans le bon sens ! Les "arrêts-photo" me servent d'alibi pour justifier cette séance de fractionné, mais je suis quand même forcé de bien m'employer. Des motards se rapprochent, je me demande s'ils profitent autant que moi des cadeaux de la nature ?

     

    vélo,vtt,météo,randonnée,panoramas,échappées,adaptation,llimagne,nature,paysages,auvergne,romain bardet,verlaine,15 août                  vélo,vtt,météo,randonnée,panoramas,échappées,adaptation,llimagne,nature,paysages,auvergne,romain bardet,verlaine,15 août

     

     A l'approche du sommet, j'accélère le rythme autant pour l'entraînement que par orgueil d'y parvenir avant eux (et pour éviter aussi de respirer leurs gaz en plein effort !). Je reconnais alors les marcheurs qui viennent à ma rencontre : d'anciens équipiers de mon équipe de foot et leurs épouses ! C'est ainsi que mon pèlerinage du 15 août prend des proportions que je ne risquais pas d'imaginer...

     

    vélo,vtt,météo,randonnée,panoramas,échappées,adaptation,llimagne,nature,paysages,auvergne,romain bardet,verlaine,15 août                             vélo,vtt,météo,randonnée,panoramas,échappées,adaptation,llimagne,nature,paysages,auvergne,romain bardet,verlaine,15 août

     

     Après une belle descente rapide, retour par Vieille-Brioude, puis le plan d'eau de la Bageasse sur la rivière Allier. Une vingtaine de kilomètres et 400 mètres de D+. Je ne me lassais déjà pas de ce circuit à l'époque où je l'empruntais trois fois par semaine en sortant du lycée, comment cela pourrait-il être le cas aujourd'hui ?  

    *Référence à Raymond Queneau et à l'un de ses nombreux Exercices de style 

  • Foulée du Cézallier 2010 à Marcenat

    Après les pérégrinations lyonnaises, retour dans le Cantal et plus précisément le Cézallier, pour une sortie assez courte mais exigeante : 35 kms pour 950 mètres de positif. En clair, « quand ça ne descend pas, c’est que ça remonte ! ». Un début d’explication à ce tracé aux dires des bénévoles ? Au moment du départ, la température dépassait tout juste les 5°C (!) et l’averse menaçait. « Alors toutes ces montées, ça permet de vous réchauffer » ( ?)

    A 9 heures, parmi la petite trentaine de participants qui se fraient un passage au milieu des courageux exposants de la brocante (une tradition à Marcenat le 15 août, voir photos et récit de l’édition 2008 ici et ) je retrouve deux maillons Dériv’chaînes du Lot plutôt affûtés.

    Ça tombe bien, les choses sérieuses commencent dès la sortie du bourg par une grosse montée qui étire la file de participants sur un chemin roulant. Mais celui-ci ne le reste pas longtemps. Le balisage nous guide à travers un champ à dévaler, puis sur une remontée boueuse à flanc de coteau suivant deux franchissements de barbelés ! Je me mets en difficulté tout seul en cherchant la moins mauvaise trace pour éviter le portage… Excès d’orgueil, ici on ne passe qu’à pied (et encore !), je pars inévitablement à la faute : mes tibias qui venaient de faire connaissance avec les orties et les ronces quelques dizaines de mètres plus bas s’ornent cette fois du dessin des pédales. Je laisse passer plusieurs participants plus raisonnables au moment de repartir, la chaîne a déraillé…

     

            Marcenat 15.08 001 bis.jpg                   Marcenat 15.08 005 bis.jpg

     

    Autant s'arrêter ! A défaut de yoga, quelques photos pour retrouver calme et lucidité (vue en face sur le clocher de Marcenat… et le pré où les derniers continuent à descendre) ! Il me faut ensuite mettre les bouchées doubles pour rejoindre mes deux comparses qui n’ont pas musardé. C’est le moment (ou à peu près) choisi par le ciel pour nous tomber sur la tête, comme prévu par Météo France ! Et puis non, l’averse ne durera pas et ne se reproduira pas non plus. Température (presque) idéale, on ne va quand même pas se plaindre…

     

     

    Marcenat 15.08 007 bis.jpg

     

     

    Côtes et descentes se succèdent donc, donnant l’impression que le ravito à St Bonnet se fait attendre… J’attaque sans retenue dans les montées, l’entraînement de ces dernières semaines paie et je suis d’autant plus à l’aise lorsque le terrain est roulant ! Si ça continue je vais devenir accro au goudron…

    Mais mes collègues de Dériv’chaînes se vengent dans les descentes : je n’ai plus de plaquettes à l’avant, ce qui me pousse à une certaine circonspection… Les anciens disent que les qualités d’un vététiste se mesurent à sa capacité à se passer des freins, alors j’ai encore des progrès à faire ! Kilomètre 18, un beau singletrack bien pentu plonge enfin sur St Bonnet. Là, nous trouvons un concurrent dont la suspension arrière a complètement lâché, mes problèmes de plaquettes sont bien mesquins en comparaison !

    Comme toujours, qui dit ravito dit grosse cotasse ensuite. Route (miam !), chemin puis bientôt…

     

     

    Marcenat 15.08 008 bis.jpg

     

     

    L'herbe à chameaux sur les plateaux qui dominent les paysages des vallées du Cézallier, vers Artiges et Landeyrat.

    Après cela, curieusement, les grosses difficultés sont finies alors que les ravitos se succèdent (trois sur les 10 derniers kilomètres…). C’est qu’ils sont prévus pour les participants à la course de trail, dont nous rejoignons le circuit. On pourrait aussi bien ne pas s’arrêter, mais… réputation Dériv’chaînes oblige (voir en bas de la note), la halte est obligatoire, il faut faire honneur aux pâtes de fruit !

     

     

    Marcenat 15.08 009 bis.jpg

     

    Un peu de glucide, ça aide aussi à compatir envers les coureurs à pied. C’est quand même autre chose que le vélo, comme effort : pour le comparer sur un même (petit !) circuit cette semaine, j’ai mis deux fois plus de temps à la course, en consommant trois fois plus de calories, sans parler des courbatures qui ne m’ont pas encore quitté ! La roue est quand même une belle invention…

    La dernière descente se fait par les chemins presque jusqu’à la place centrale de Marcenat où le T-shirt de l’épreuve nous est remis en échange de nos dossards. Ambiance sympa mais… j’en aurais bien fait un peu plus.

     

    Epilogue : sur la route du retour, je dois freiner jusqu’à l’arrêt pour laisser traverser une belette, qui prend tout son temps… On n’est pas dans un Parc Naturel Régional pour rien. Heureusement que les plaquettes de la voiture sont en bon état, elles !         

  • Coups de pouce

    A toi pour qui la barre de céréales au fond du sac, qui n'est plus qu'un lointain souvenir dans ton estomac, était un peu juste pour finir de rentrer...

    Ytrac 15.08 006 bis.jpg

    Je voudrais juste rappeler le commencement de la saison des mûres. THE solution salvatrice pour éviter le coup de fringale qui transforme le retour d'une belle balade en galère finale (je sais de quoi je cause, j'ai pris la photo avant de m'en occuper !). Profites-en, ça ne dure pas toute l'année !

    Ytrac 15.08 001 bis.jpg

    Et là, ce n'est pas pour compléter avec la boisson (!) mais pour souligner l'intérêt des passages aménagés (chicanes à droite) quand les troupeaux sont eux aussi de sortie. L'exemple même d'infrastructure qui assure une cohabitation réussie. Avouez que c'est plus sympa de pouvoir côtoyer les meuh-meuh sans crainte ! Tiens, ce serait le genre d'initiative intelligente à encourager pour que la pratique de la rando à pied ou à VTT se passe au meuh, pardon, au mieux des intérêts de chacun. En bref, le genre de solutions que cherche à promouvoir l'association Mountain Bikers Foundation. ça tombe bien, parce qu'on a aussi une image à soigner...

  • Jours fériés et week-end

     Sur les côtes entre Reilhaguet et Jussac, le dénivelé ça le fait pas rire, Yoan. D'autant qu'on en a gravi d'autres pour en arriver là ! "Le 15 août c'est pas l'Ascension ?! - Non, l'Assomption ! Mais ça grimpe quand même !"

    Ioan 16.08.jpg

    Et là c'était samedi et il faisait beau. Mais la veille, y'avait pire : 9°C à Marcenat, brume, vent frais, neige (non là j'exagère)...

    Marcenat 15.08 001.jpg...Un vrai temps de 11 novembre pour les "Foulées du Cézallier", qui du coup n'ont pas fait le plein pour leur 13ème édition : 26 vététistes au départ.

     Dommage, car une fois de plus il y a matière à se régaler : d'abord par la grâce des paysages (en visant les éclaircies !) - "C'est une rando, alors regarde donc le chemin, mais pas que !" Et puis aussi au pédalage ! Les averses aidant, plusieurs portions passent de la catégorie "délicates" à "mission impossible". Pierriers et racines omniprésents sur le tracé. Délicat par temps sec... et "Zuiiiiip le vététiste'" après arrosage. Tout le monde n'en a pas été content !  L'occasion rêvée de faire s'opposer deux écoles, deux conceptions de la sortie et du VTT en général : "parcours trop raide, en particulier pour un public familial" pour les uns, qui râlaient sur le côté casse-gu... et du coup trop fourni en portage et en galères diverses, et j'en passe sur les risques de chutes (déjà développé plus haut).

    Marcenat 15.08 006.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     ...Et puis il y a les masochistes comme moi qui se sont plu (!) dans les endroits impraticables, heureux de se battre pour les passer sur le vélo et d'y trouver du fil à retordre. Tant qu'on en est à baver avec les limaces (y'en avait, mais elles allaient trop vite pour leur tirer le portrait !), autant se réjouir d'une petite confrontation avec ses limites à la fois physiques et techniques sur une rando ! Je confirme, ils sont costauds les chemins par ici !

    Quand aux conditions, vous allez me dire que je n'étais pas le dernier à m'en plaindre à propos de la Pastourelle cette année. Certes, je n'en suis pas à une contradiction prés, mais entendons-nous bien : cela n'avait rien de comparable dans la difficulté ni dans la galère ! Pour mémoire, voir iciMarcenat 15.08 012.jpg

     

     

     

    Et comme si ça ne suffisait pas, les préposés au balisage étaient joueurs, cette année ! Ci-dessous, l'escalade était bien faisable vélo sur l'épaule avec un peu de défrichage (I did it !) mais le chemin à gauche rejoint le même point tout à fait tranquillement ! CQFD : l'esprit de la manifestation était assumé, c'était bien "Vous avez payé, c'est pour en ch..." !

    Marcenat 15.08 008.jpg

    Marcenat 15.08 010.jpg

    Un point fort n'a pas été contesté cependant : l'agrément qu'offrent les descentes sur les pistes forestières, notamment celle qui mène sur Condat au tout début. Rapide, technique, avec la brume (sans les gorilles !) et ce presque silence caractéristique du sous-bois de conifères humide juste ce qu'il faut pour préserver l'adhérence. Comme un rappel des grandes descentes de la Tourelloise, courue dans les Monts du Lyonnais en... novembre. Décidément ! Ce qui repose question, c'est l'inévitable comparaison du profil de ce parcours avec une compétition. De quoi donner raison aux râleurs ? Ou alors, il conviendrait de prévenir avant l'inscription que le circuit n'est pas "tout public", mais s'adresse résolument aux vététistes entraînés.

    Ainsi, les organisateurs s'éviteraient quelques plaintes, et les participants avertis en apprécieraient davantage la vue bien méritée au bout de la dernière ascension !

    Marcenat 15.08 015.jpg

     Marcenat 15.08 017.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    N'empêche, je rejoins une dernière fois les mécontents sur... les installations du club de foot local ! Un scandale qui m'agite d'autant plus que c'était le seul lieu à ma connaissance où la douche était possible. Le tout était de le savoir, et surtout d'être mo-(Reglagla ! Pas de ballon d'eau chaude ?!)-tivé !

    Au moins c'est enfin propre, frais (!) et dispos que j'ai pu me réconforter avec le plat d'aligot proposé en clôture de cette journée.

    PS : D'autres photos de Marcenat dans les albums "randos et compétitions" et "passages techniques".