Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

élimination

  • Ouverture sur le monde

    Quel besoin a-t-on de taper sur l'équipe à Domenech ? Voilà un sport national dans lequel les Français sont champions du monde et depuis hier soir la meute se déchaîne. Ce n'est pas que ce soit déplaisant : en sortant de son ronron, L'Equipe (gros titre à la une : "les imposteurs" !) redevient inspirée. Enfin du grain à moudre. Et les journalistes de s'engager... avec des risques bien moindres que contre la bande à Aimé Jacquet en 98. Voilà en ce 18 juin une forme de "résistance" bien tardive ! Au dénigrement généralisé je préfère la déclaration toute en retenue d'un Lloris, rare bleu irréprochable hier et dans le rôle ingrat du gardien à la pêche, lâché par son équipage : "Non, non, je ne réagis pas, sinon je vais lâcher un truc" !

    Ceci étant constaté, l'élimination annoncée de la France est une excellente nouvelle pour le football mondial : zéro but marqué et une qualité de jeu qui frôle l'indécence, on espère qu'il y aura mieux à voir pendant la suite de la coupe du monde en profitant de ce mois de juin maussade. Belle occase donnée aux Français que le foot intéresse vraiment de se pencher sur le jeu des équipes qui le méritent. Et pourquoi pas sur leur culture, même populaire ! Une triste constatation que cette absence de considération pour les habitants du pays hôte, d'ailleurs. Que nous ont appris sur l'Afrique du Sud les retransmissions et les reportages de la coupe du monde ? Qu'en restera-t-il réellement après la finale pour ce pays et ce continent malgré les belles promesses de la FIFA ?

     Il aura fallu que le patrimoine s'invite bruyamment dans les stades et sur nos écrans (les fameuses vuvuzélas) pour que l'on en cause un peu, et comme d'habitude en le dénigrant et en essayant de faire cesser ce vacarme jugé épouvantable. Sur Mandéla et l'évolution d'une nation pourtant passionnante à plein d'égards, presque rien (heureusement on a vu l'équipe des bafana bafana, on sait qu'ils jouent en jaune et vert et que si eux non plus n'ont pas le niveau et encaissent des buts, au moins ils en marquent en jouant ensemble... ce qui n'est pas rassurant en vue de notre dernier match chez eux). Je me trompe peut-être, mais il me semble qu'un évènement sportif de ce calibre devrait aussi fournir l'occasion d'un vrai dépaysement pour le télespectateur. Dans mes lointains souvenirs, les exploits de "vrais" bleus en 1986 n'avaient pas empêché nos envoyés spéciaux de nous faire découvrir le... Mexique en sortant régulièrement des enceintes sportives. Et pour le préado fan de foot que j'étais c'était un ingrédient de la fête. C'est ainsi que Mexico 86 doit être mon seul album Panini complet (une forme d'accomplissement, je n'en ai plus fait depuis).

    Et si le manque d'effort culturel était aussi symptômatique de ce qui est arrivé à l'équipe de France, retranchée dans son hôtel luxueux, les casques des MP3 vissés sur la tête ? Le moment est venu de les ôter, de profiter avant qu'il soit trop tard de la chance d'avoir voyagé, et d'observer encore et encore, jusqu'à s'en imprégner, ce qui fait la "culture football", la vraie...