Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pratique

  • La Tatave : lacs, étangs et gamelles

    Comme d'habitude, aller poser les roues AILLEURS est une source intarissable de découverte et d'émerveillement...

     

     

    vélo,vtt,randonnée,parc des volcans,gamelles trophy,chutes,endurance             vélo,vtt,randonnée,parc des volcans,gamelles trophy,chutes,endurance

     

    Ainsi, dimanche dernier sur d'autres volcans auvergnats (ceux des monts Dôme), pour la "Tatave". Le départ du stade de rugby de Moulet-Marcenat, au-dessus de Volvic, a commencé par me rappeler quelques souvenirs de mes années d'étudiant licencié à Vélo-Aventure. Mais pour des retrouvailles, les choses ne se présentent pas si bien : la pluie est de la partie depuis le milieu de la nuit à Clermont, et le parking sur le terrain attenant est un vaste bourbier. Après avoir pris le temps de discuter avec une organisatrice sympathique, je m'équipe quand même : l'horizon semble s'éclaircir, et je n'ai pas fait toute cette route pour rien... Je me dis que je vais revoir la longueur du circuit à la baisse (d'un 55 prévu, je suis plutôt en train de lorgner vers le 33) mais comme le départ et le choix du parcours sont "free", on verra bien en cours de route !

     

    vélo,vtt,randonnée,parc des volcans,gamelles trophy,chutes,endurance

     

    Et de fait, la formule choisie par l'organisation me prouve tout son intérêt : au bout de 10 minutes, la pluie cesse et laisse même place à quelques rayons certes timides, mais qui viennent progressivement sécher les chemins et réchauffer les paysages et le moral. La motivation revient en roulant ! Et "roulant", le parcours l'est, avec juste ce qu'il faut de montées et de singles pour ne pas se refroidir... Je suis en mode "rando-photo" mais cela ne m'empêche pas d'appuyer un peu fort sur les pédales dès que je parviens à lâcher le téléphone.

     

    vélo,vtt,randonnée,parc des volcans,gamelles trophy,chutes,endurance,tatave 2014,roc d'azur

     

     

    A proximité du village de Pulvérières, les étangs amènent leur lot de décisions à prendre : descendre ou pas sur le vélo les marches en bois inégales, et encore tout humides, qui amènent aux passerelles ? Mauvaise idée, si j'en crois l'état d'un concurrent qui a essayé... et qui a eu des problèmes. Plus de peur que de mal apparemment, mais en ce qui me concerne l'hésitation n'est plus de mise.

    Quelques centaines de mètres plus loin, nouvelle décision délicate : amorcer déjà le retour avec les parcours "moyens" ou choisir la grande aventure des 55 et 67 kms ? Un participant en... monocycle (ils sont un bon paquet sur le 33 kms et avancent drôlement bien) s'amuse de mon hésitation. J'en ris avec lui et me décide pour les plus longs, qui s'élancent droit vers les montagnes. De fait, finie la rigolade : le dénivelé annoncé semble se concentrer dans ce 2e tiers du parcours, avec de bonnes descentes enfin ludiques et techniques pour commencer. Tiens, un ravito où les participants ne se bousculent pas ? Les "costauds" qui ont emprunté ces circuits sont partis plus tôt dans la matinée, sans craindre de se mouiller ! Et juste après une ultime descente qui amène jusqu'en fond de vallée, il faut sortir les cuisses...

    Du choix pour s'occuper l'esprit : une multitude de croix et de crucifix au bord du chemin, puis un soldat devant l'église de Chapdes-Beaufort. "Mais regarde donc les monuments !"

     

    vélo,vtt,randonnée,parc des volcans,gamelles trophy,chutes,endurance              vélo,vtt,randonnée,parc des volcans,gamelles trophy,chutes,endurance

     

     

    Monter, redescendre, même combat que dans les monts du Cantal, cette fois jusqu'à Chapdes-Beaufort et même un peu au-delà. Le silence et la sérénité des bois sont alors troublés par une sorte de fête à base de hard-rock diffusé par une sono infernale, qui continue à résonner plusieurs kilomètres plus loin. je préférais encore les chasseurs, leurs chiens et leurs 4X4 !

     

    Dans le même coin, des créations artistiques inspirées par la Gaule antique...

    vélo,vtt,randonnée,parc des volcans,gamelles trophy,chutes,endurance

     

    Un ado et son père me rejoignent : eux étaient partis sur le 67 kms. Chapeau... sauf que le jeune semble commencer à souffrir, car le ravito se fait attendre et contrairement à moi, ils n'avaient pas vraiment choisi "l'autosuffisance". Dommage, je ne peux plus dépanner qu'en eau. Et le pire reste à venir avant le point de vue de la Roche Sauterre (de toute façon bien bouché !) : une espèce de montée impossible dans la glaise : vélo, puis roues collées ! Un must  pour écluser les dernières calories.

     

    vélo,vtt,randonnée,parc des volcans,gamelles trophy,chutes,endurance              

    vélo,vtt,randonnée,parc des volcans,gamelles trophy,chutes,endurance

     

    En bas du panorama dans le brouillard, le point "sucré-salé" tant attendu. Et le plus dur est fait, sauf que la partie finale réserve encore quelques bonnes côtasses, qui semblent prendre un malin plaisir à se succéder en laissant croire que chacune d'elles est la dernière. Ce petit jeu dure quand même une douzaine de kilomètres ! Les amateurs des petits parcours en sont là, et ils souffrent. Après presque 5 heures sur le circuit, je me plais à les "enrhumer" dans les descentes où certains s'engagent bien frileusement et presque à contrecoeur. Mon seul souci : le balisage rouge "pas vraiment vif" que je discerne souvent au dernier moment, voire trop tard dans la végétation automnale ! Si vous aussi vous êtes daltonien...

    Un bon lavage au jet plus tard, il faut tout remettre méthodiquement dans la voiture. Je me distrais en écoutant les conversations alentour, dont celle d'un participant qui raconte être tombé trois fois ! Je me dis qu'il faut vraiment le faire exprès... Je la ramène moins aujourd'hui : lors d'une sortie solo ce matin où j'ai bien "avoiné" (courte distance) j'ai voulu en remettre une couche vers Nozerolles sur une portion bien grasse. Ce bourbier dégueu juste devant, je le franchis pleine balle, ou pas ? Il ne peut pas toujours y avoir un collègue malheureux couché dans la tourbière pour me prévenir. je freine fort pour ne pas me salir, j'ai juste oublié qu'il n'y a pas d'ABS sur les vélos. Au lieu de faire gicler le bourbier, c'est moi qui gicle en plein dedans.

    Quand je pense qu'au Roc d'Azur au même moment, il y en a qui doivent se plaindre de la poussière dans la sévère descente du Fournel... et (cocorico) le vainqueur, Jordan Sarrou, est auvergnat. 

     

  • La passe-tout-raide... et autres activités printanières

    Fin mai, avec "quelques" kilomètres au compteur et surtout des sorties plus régulières, mes jambes commencent enfin à tourner correctement. Mais je peine à passer le cap des 400 à 500 mètres de dénivelé positif par sortie. A la Pastourelle, pas de problème : le niveau est atteint dès la première demi-heure ! C'est raide...

     

    vélo,vtt,pastourelle,passerelles,dériv'chaînes,entraînement,randonnée,jardinage

     

     Et quand on en est là sur le raid, le plus dur n'est pas fait... "Raid" aussi à entendre pour les concurrents que j'ai rattrapés dès les hauts de Récusset, mais il fallait bien que quelqu'un les prévienne !

    Et dire qu'après il y a ça (par exemple)...

     

     

           vélo,vtt,pastourelle,passerelles,dériv'chaînes,entraînement,randonnée,jardinage         vélo,vtt,pastourelle,passerelles,dériv'chaînes,entraînement,randonnée,jardinage                                                  

     

     Et de la boue (un peu). Mais au moins, ni pluie ni neige pour cette édition, avec les averses orageuses de ces derniers jours et le refroidissement qui s'en est suivi, c'était pas gagné !  

    On apprend à être prudent sur la météo et sur le parcours aussi, et à apprécier d'y être, tout simplement. Malgré quelques regrets, le 39 kms de la "Rando des sources" s'avérait plus adapté à mon niveau du moment. Un beau (très beau) parcours montagnard, et pas de pression... Sauf que je n'arrive décidément pas à faire une randonnée réellement en "mode rando". 

    Pas trop de temps pour la contemplation...

     

    vélo,vtt,pastourelle,passerelles,dériv'chaînes,entraînement,randonnée,jardinage

     

     

    Enfin, tout est relatif : pas de chrono, ça permet quand même de s'arrêter aux ravitos (le saucisson descend tout seul) et de discuter. Les bénévoles étaient tout aussi visiblement heureux !

    Et à ma décharge, partir à plusieurs d'un même club au milieu d'un paquet d'autres "énervés" n'incite pas à la balade tranquille ! Surprise : cette fois, Eric n'avait plus rien d'un "playmobil" : parti comme une fusée, il n'a jamais relâché son effort. En tout cas pour autant que j'aie pu en juger, car je l'avais laissé prendre le large depuis longtemps plutôt que d'exploser dès les premiers kilomètres. Sacrément affûté le gars, au point qu'il aurait sûrement fait une belle performance sur le raid.

    Autre type de parcours en montagne : les reconnaissances pour les parcours de la prochaine Dériv'chaînes. Nous en interne on appelle ça du jardinage : recherche de chemins ou de jonctions à travers les forêts, les champs, etc. Des fois il y en a. Des fois. Parfois même les chemins ont été envahis par des ruisseaux, et là... on passe où on peut !

     

     

    vélo,vtt,pastourelle,passerelles,dériv'chaînes,entraînement,randonnée,jardinagevélo,vtt,pastourelle,passerelles,dériv'chaînes,entraînement,randonnée,jardinage

     

    vélo,vtt,pastourelle,passerelles,dériv'chaînes,entraînement,randonnée,jardinage

      

    Une autre façon de s'amuser et de découvrir, mais on sait dès le départ que le kilométrage n'est pas dans les objectifs du jour.

  • A petite vitesse...

    A ses bénéfices, il est facile de mesurer la différence entre les périodes où l'on s'astreint à un entraînement sportif et les autres. Vous l'aurez compris, 2013 est une année "sans" (800 kms à ce jour sans plan précis) et j'en mesure aussi les effets indésirables dans la vie de tous les jours : manque d'entrain, de projets, irritabilité, subséquemment ralentissement de ce blog... Dans mon cas, la pratique du sport n'est clairement pas une perte de temps !

    Cercle vicieux connu : sans véritable entraînement, difficile de se motiver, ce qui conduit à s'entraîner encore moins... Quelques sorties club avec l'ACVA, même irrégulières, m'ont quand même permis de me forcer à garder un rythme, et de limiter les dégâts (déjà suffisamment sensibles) sur la forme et la prise de poids. Reste à se récompenser en se rendant sur des manifestations : autres chemins, autres paysages, la convivialité est là, la participation et pourquoi pas le challenge sportif en prime, après le "fiasco" qui a frappé la Pastourelle. 

     

    vélo,vtt,entraînement,la brivadoise,ronde du renard

     

    La 3e édition de la "Brivadoise", le 16 juin dernier, était l'occasion de retrouver des terrains au soleil, presque sans boue, avec de bonnes montées mais un sol roulant. Vu mon entraînement très "light", le 40 kms (800 m de dénivellé) m'a parfaitement convenu. Au menu cette année, les paysages du Haut-Allier de Brioude aux alentours de Saint-Privat-du-Dragon. Ce que je retiens avec le recul, c'est surtout une bonne ambiance avec des bénévoles aux petits soins (je sais pourquoi j'y reviens, année après année !) et en récompense supplémentaire pour cette fois une longue descente d'anthologie vers Saint-Privat avec des épingles à négocier en glisse, des racines, des dévers, des (tout petits) sauts, des relances, des trajectoires à affiner, du "technique rapide mais pas dangereux..." enfin, selon mes critères ! ;-) J'en ai encore la banane rien que d'y repenser. Beau boulot du club local "VTT en Brivadois", cette descente à elle seule justifiait le déplacement !

     

              vélo,vtt,entraînement,la brivadoise,ronde du renard               vélo,vtt,entraînement,la brivadoise,ronde du renard

     

    Saison enfin lancée ? Ben non. Vous vous souvenez sûrement de la dépression qui a suivi dès le début de semaine suivante (à force, on comprend pourquoi le mot "dépression" ne se limite pas à aux acceptions géologique et météorologique dans le dictionnaire...). C'est donc pas plus affûté que cela que je suis quand même allé au Vernet-la-Varenne, m'aligner à la Ronde du renard pour la 22ème édition. ça tombe bien, j'avais clamé ici même qu'après en avoir "bavé des ronds de chapeau" (...de roue ?) à batailler pour le chrono l'an passé, je me repointerais dans l'idée de profiter cette année : des petits chemins avec vue sur le Sancy, de l'ambiance nocturne de la pleine lune sur le plan d'eau, du coassement des rainettes, du vent léger remuant les cimes des sapins du Livradois, de tout ça.... PRO-FI-TER. Et laisser les "fous du guidon" s'expliquer à grands coups de frontales et de 42-11.

    La Ronde du renard : monument en péril ?

    Billevesées, pour parler poliment. Faut croire que chez moi l'appel de la compétition est plus fort que celui de la poésie, j'ai pas pu m'empêcher d'en remettre une couche façon "Satanas & Diabolo", même sans espoir de résultat. Une fois la certitude acquise que je tiendrais le coup les deux heures, il me fallut mes sept tours habituels... Puis le meilleur classement possible. Malheureusement, la désaffection que l'épreuve a dû essuyer cette année (13 partants seulement !) me rendait la tâche plus facile. Une injustice dont j'espère bien qu'elle ne découragera pas l'équipe d'Hervé Delaval ni les bénévoles...

    Quoi qu'il en soit, après un départ du genre "sans cartouche à gaspiller", je suis progressivement remonté jusqu'à une flatteuse 5e place. Encore plus qu'à mon habitude, je comptais la défendre en ne touchant aux freins qu'en cas d'urgence. Une tactique exploitée à fond (l'huile transpirée par les suspensions fut clairement mon poste de nettoyage n°1 sur le matériel le lendemain) sous les encouragements des spectateurs disséminés sur le parcours. Particulièrement aux abords les plus pentus, mais dans l'autre sens. Cette côte après la ferme, quelle vacherie ! Quand on pense au battage qui a été fait sur la double ascension du Ventoux par les coureurs du Tour 2013... Une belle façon de me rappeler un peu plus à chaque passage ma surcharge pondérale... fatale pour le maintien dans le "top 5" : après une petite passe d'armes, il me fallut baisser pavillon face au retour d'un jeune concurrent, lui aussi sur un X-Control ; trop de côtes et pas assez de descentes, Alexandre Vialatte avait raison* ! 

    Au final, 1ère victoire de Romain Faure, 8 tours en 1h58'. Pour ma part, J'ai parcouru un tour de moins en 2h11'53", ce qui me vaut la sixième place ; il m'a fallu presque 17 minutes de plus que l'an passé mais avec la même moyenne (177 bpm !)... au cardio. Pour MOINS souffrir OU rouler PLUS vite, il faut s'entraîner... 

    * Célèbre écrivain et chroniqueur au journal La Montagne mais aussi passionné de vélo, il a notamment affirmé, démonstration à l'appui : "En Auvergne, il y a plus de montées que de descentes" ! 

  • En reconnaissance

    Au menu de ce week-end, le Championnat du Cantal se cumule avec la dernière manche de coupe d'Auvergne de la saison. Pour ce type d'épreuve, le repérage n'est pas une option !

    vélo,vtt,championnats du cantal vtt,coupe d'auvergne vtt,reconnaissance,forêt

                                                     2 catégories de participants !

    A épreuve relevée, terrain en conséquence. Mis au point par le VC Maursois, le tracé dans la forêt de Marcolès apporte tout ce qu'il faut de dénivelé (294 mètres par tour de 7,5 kms !) avec plusieurs passages vertigineux en descente. Pour éviter les châtaignes (spécialité locale) mieux vaudrait que le terrain reste sec.

    Premier passage en solo et à l'envers : ça se confirme, même avec une accroche correcte, le pourcentage s'avère impossible par moments ! Pour le sens inverse, je commence à avoir de sérieux doutes. Des trajectoires semblent bien se dessiner, mais de là à suivre les pointillés... ou plutôt les gardes-fous (!).

    Bref, beaucoup de pente et beaucoup de singles ; le circuit est beau, à la fois technique et physique. Du vrai XC, voire plus ! Pour mieux l'évaluer, je me remets dans le bon sens pour un 2e tour : les montées sont toutes jouables, à condition d'en prendre le maximum sur l'élan et de ne pas faire d'erreur (ça fait beaucoup de "si", il va falloir rester lucide !). Les descentes, par contre...

                     vélo,vtt,championnats du cantal vtt,coupe d'auvergne vtt,reconnaissance,forêt            vélo,vtt,championnats du cantal vtt,coupe d'auvergne vtt,reconnaissance,forêt

    Les organisateurs et bénévoles que je rencontre, encore à l'ouvrage pour affiner les passages et évacuer les branches tombées ces jours derniers (gros boulot !) m'affirment que les traceurs passent tout à vélo. Question d'entraînement sur certaines sections, certainement ! Mais je n'ai pas le loisir de m'y reprendre suffisamment, alors tant pis. De toute façon, à allure course, le portage sera sans doute plus rapide et plus sûr.

    Quoi qu'il en soit, ça va calmer la moyenne au tour par rapport aux éditions précédentes (voir ici comptes rendus Glénat 2010 et Fleurac 2008). Verdict à suivre.

     

  • Etre préparé...

    De l'importance de certaines indications : mieux vaut repérer à l'avance !  

                     vélo,vtt,compétition,préparatifs,pastourelle            vélo,vtt,compétition,préparatifs,pastourelle

    Juste un mot de ma Pastourelle ce jour vue l'heure indue (et la douche chaude en attente) : Record perso pulvérisé, 53e en 4h15 minutes (pour voir performance précédente, cliquer ici ou  en attendant le CR version 2012...).

    Tout ce que j'attendais de cette 14e édition (cf. fin de la note d'hier) s'est vérifié, et bien plus encore !

  • Repos aussi...

     

    "L'atmosphère, embaumée et tendre, semble pleine

    Des déclarations qu'au Printemps fait la plaine,

    Et que l'herbe amoureuse adresse au ciel charmant. [...]

    Les oiseaux dans les bois, molles voix étouffées,

    Chantent des triolets et des rondeaux aux fées [...]

    On dirait

    Qu'au nord, au sud brûlant, au couchant, à l'aurore,

    La haie en fleur, le lierre et la source sonore,

    Les monts, les lacs et les chênes mouvants,

    Répètent un quatrain fait par les quatre vents."

                       

                  Victor Hugo, "Premier mai", in "Les Contemplations"

     

    repos pastourelle.jpg

     

    Qu'ajouter ? Mai rime avec "jours fériés"... donc s'entraîner, se reposer, randonner, profiter !

  • Cascadeur

    Une sortie Dériv'chaînes que j'ai loupée l'autre jour mais dont j'ai entendu causer : le repérage de la prochaine édition à Pleaux, prévue les 16 et 17 avril prochains...

    Et surtout l'occasion d'un festival de cascades dont Hubert sort "vainqueur" (aux urgences , haut la main) ! Une performance qui pourrait bien lui valoir de remporter la "Gamelle d'or 2010". En attendant la coupe, faudra déjà poser l'attelle !

                       bobo Hub bis.jpg

     

    Et si Jean-Mi avait raison, c'est peut-être dangereux d'être à la fois à l'ACVA et à la Dériv'chaînes...                                    

    (cumul des mandales, gulp) ?

     ...Et dire que le malheureux était ressorti sain et sauf des 24 heures du Lambon puis du Roc D'Azur !

    L'aventure en détail - et en photos + vidéo - sur le site Dériv'chaînes ! (article "Rando Bouc pour Mountain Biques", tout un programme) !