Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

matériel - Page 2

  • Super... bis : coupe de France XC

     En séance d'observation à Super-besse la week-end dernier pour voir à l'oeuvre les meilleurs crosseurs nationaux. Un petit tour, même à pied, cela ne se refuse pas !

               vélo,vtt,compétition,coupe de france vtt,super-besse,Sancy,Absalon,aléas climatiques,vtt 29 pouces                 vélo,vtt,compétition,coupe de france vtt,super-besse,Sancy,Absalon,aléas climatiques,vtt 29 pouces          

    Ici, cela devient compliqué : malgré les conditions climatiques changeantes tout au long du week-end, les répétitions (et la prise d'élan !) peuvent aider. 2 écoles : les prudents qui passent le vélo à la main... et les amoureux de "la beauté du geste"...  

       

    vélo,vtt,compétition,coupe de france vtt,super-besse,Sancy,Absalon,aléas climatiques,vtt 29 pouces                  vélo,vtt,compétition,coupe de france vtt,super-besse,Sancy,Absalon,aléas climatiques,vtt 29 pouces

    La descente qui précède est elle-même déjà piégeuse. Lors de la course dames, Julie Bresset en fait les frais sous mes yeux ! Petit mot d'encouragement, elle se relève avec le sourire : "ça ira !" La classe... Olympique.

    Julien Absalon, impressionnant de fluidité, ne fait pas non plus semblant de se préparer pour Londres. Derrière, seul Maxime Marotte parvient à rester menaçant.

                    vélo,vtt,compétition,coupe de france vtt,super-besse,Sancy,Absalon,aléas climatiques,vtt 29 pouces                             vélo,vtt,compétition,coupe de france vtt,super-besse,sancy,absalon,aléas climatiques,vtt 29 pouces

                                                        vélo,vtt,compétition,coupe de france vtt,super-besse,Sancy,Absalon,aléas climatiques,vtt 29 pouces

     Un début de descente bien connu, avec le télésiège accroché comme une guirlande sur la montagne.

    Sur ses terres et concentré, Julien Toppan réalise une bonne performance ! A droite, LE début du "S" où j'ai bloqué à tous les coups il y a deux semaines. Pourtant ça passe ! 

            vélo,vtt,compétition,coupe de france vtt,super-besse,Sancy,Absalon,aléas climatiques,vtt 29 pouces         vélo,vtt,compétition,coupe de france vtt,super-besse,Sancy,Absalon,aléas climatiques,vtt 29 pouces

    Enfin, ça passait le samedi. Parce qu'après une nuit d'ondées orageuses sur le massif, tout a changé pour la course des masters le lendemain matin. 

              vélo,vtt,compétition,coupe de france vtt,super-besse,Sancy,Absalon,aléas climatiques,vtt 29 pouces       vélo,vtt,compétition,coupe de france vtt,super-besse,Sancy,Absalon,aléas climatiques,vtt 29 pouces

    Jean-Paul Stéphan (n°4005, maillot arc-en-ciel de champion du monde), longtemps 5e, rétrograde à l'abord de la boucle finale à la 9e place, derrière le... champion d'Auvergne Christophe Pourrat qu'il avait pourtant distancé. L'intéressé s'en explique sur son blog ici...

             vélo,vtt,compétition,coupe de france vtt,super-besse,Sancy,Absalon,aléas climatiques,vtt 29 pouces        vélo,vtt,compétition,coupe de france vtt,super-besse,Sancy,Absalon,aléas climatiques,vtt 29 pouces

    En haut à droite : la boue, le froid, la brume et une grosse montée : la solitude peut se figurer ainsi !

    Un point qui m'a frappé : la forte présence de vélos en 29 pouces (à vue de nez, prés d'un compétiteur sur 3 en était déjà équipé chez les élites). Plus de facilité sur les zones techniques ? Les grosses roues "boivent l'obstacle" pour reprendre un slogan qui a fait ses preuves commerciales. Un gros plus sur les compétitions typées "XCO", mais qui n'évite pas les inconvénients (inertie en relance) ni ne garantit des chutes, à peu près aussi nombreuses que chez les possesseurs de 26" !

    Au final, rien ne remplace un repérage bien méticuleux. "Le VTT se court aussi avec la tête" glissait un "ancien" en reconnaissance la veille avec les jeunes.

      

  • (Encore des) résolutions

    La nouvelle génération promet ! Le passage du tricycle au vrai vélo donne des idées... Bientôt on enlève les roulettes. Mieux vaut potasser la théorie.

     

    vélo,vtt,nature,changement

     

    X-Control, 2e ! Eh oui, le Père Noël a fait plusieurs heureux. Quand je repense à ce que j'ai envoyé à tous les potes qui avaient cédé à la mode du blanc sur les VTT ! Y'a que les imbéciles qui changent pas d'avis...

                       vélo,vtt,nature,changement,I'll be back !        vélo,vtt,nature,changement,I'll be back !

    Après le modèle 2006, le même en version 2010. Au moins l'adaptation ne me posera pas trop de problèmes. Lapierre... qui roule : pas d'excuse pour ne pas m'y remettre sérieusement cette année. Récit de mes premiers essais bientôt en ligne, sauf s'il neige, j'aurais trop peur de le perdre ;-). Et l'ancien (en bas de cette note) ? Ben justement, je le garde pour passer l'hiver. Si intéressé, laissez un message...

  • Matos : des NAC dans le choix des pneus

    Pourquoi des Nouveaux Animaux de Compagnie ? Parce que je privilégie depuis plusieurs années une marque française qui donne à ses modèles des dénominations, disons... piquantes : "Scorpion", "Spider" (araignée), "Barracuda", "Python", "Mosquito"... et j'en passe.

    Photo 0298.jpg

    Plutôt provocant du point de vue du client dont la première exigence est quand même de ne pas crever à tout bout de champ, non ?

    Mais le meilleur, c'est que ça marche (enfin surtout en version tubeless, voir pour mémoire ici et ici !).

    Là où ça se corse, c'est que pour le pratiquant "pointu" (!) le choix d'un pneu est crucial  pour adapter le vélo à sa pratique. Et trouver le compromis idéal entre rendement/légèreté et accroche/solidité s'est largement compliqué avec l'extension des gammes. Tous ceux qui ont un jour galéré dans la boue avec un pneu qui n'accroche pas ou ne débourre pas me comprendront !

    Personnellement, j'en suis arrivé à l'adoption d'un montage visant en priorité l'accroche, la polyvalence et la solidité : Hutchinson Toro Marathon (donc renforcés) avant et arrière en version 2.15, sans oublier le liquide préventif, indispensable !.

    Verdict pour cette paire en fin de vie : confort et bonne accroche jusqu'au bout sur tous les terrains, fiabilité à toute épreuve. Au moment de me résoudre à leur remplacement, l'arrière est à 1800 kms (record sur mon X-Control) en 10 mois sans aucun souci, et l'avant, monté en... août 2008, revendique 4700 kms avec une seule alerte réglée par un coup de bombe anti-crevaison il y a un an et demie ! De grosses crevasses et estafilades sont visibles sur la surface, et pourtant je n'ai plus jamais eu à regonfler en urgence ! Bien mieux  encore que les Python Light 2.00 d'origine, qui présentaient cependant l'intérêt d'un meilleur rendement (et certes polyvalents, mais à condition que le terrain reste "roulant"... apparemment comme les "Cobra" que je n'ai pas essayés mais qui ne m'ont pas paru présenter de progrès significatif).

    Mais comme tout est toujours perfectible, j'en viens à présent à vouloir améliorer la légèreté. Pour l'arrière, j'ai donc investi dans la version "tubeless ready" (photo en haut) du même pneu : je prends le risque que les quelques dizaines de grammes gagnés - essentiels à cet endroit - se payent par une moindre fiabilité et résistance aux perforations... On verra bien !

    Pour l'avant, je vais attendre un tout petit peu pour adopter un tout nouvel animal de compagnie qui sort de cage ces jours-ci : le "Cougar" qui promet que ses griffes acérées m'aideront à prendre plus d'angle dans les descentes... L'hiver va arriver à point nommé pour me faire un avis sur son adaptation aux climats auvergnats.

  • Questions de développement(s)

    Bientôt la sortie des vélos et du matériel 2011... qui déjà s'étalent partout sur les pages de la presse spécialisée.

    Parmi les produits phares, le "2X10" Shimano, réplique au fameux double plateau réalisé par Sram.

    Pourquoi c'est si bien ? Pour les compétiteurs (et seulement les plus affûtés et radicaux d'entre eux, je suis loin d'être dans ce cas) :

    • Le gain de poids (c'est prouvé, deux plateaux pèsent moins que trois...)
    • La plus grande facilité de changement de vitesse en plein effort, puisqu'on a moins à se servir du dérailleur avant.
    • Et... c'est tout !!!

    Ce que tout ça m'évoque ? Pas que des bonnes choses. D'abord, la pratique du VTT, déjà largement saucissonnée - que reste-t-il de commun entre un "enduro" à 140 mm de débattement et plus, un "free-ride", un "marathon" et un "XC hardtail" ? - cette pratique va encore davantage se segmenter. Bien sûr, le public y trouve son compte avec des vélos toujours plus performants et mieux adaptés à ce que chacun attend d'eux sur le terrain, à condition de faire le bon choix... Mais au détriment de la polyvalence de ces bijoux de technologie.

    Au point qu'il faudrait presque posséder d'abord plusieurs vélos, mais encore plusieurs VTT pour pouvoir "diversifier sa pratique"... Enfin selon la source marketing et la presse qui suit. C'est surtout commercialement bien joué !

    Revenons un peu, beaucoup en arrière. A l'époque où le VTT était encore presque plus souvent appelé "Mountain-bike", certes, il n'y avait encore aucune suspension (c'était du sport !). Mais on avait déjà une avancée technologique majeure : les plateaux ovalisés (qui font un retour remarqué sur route cette année, tiens tiens) et surtout ils étaient 3. Trois plateaux de 7 vitesses indexées. Ne rigolez pas, ça date certes de l'aube préhistorique des années 90, mais ça faisait quand même déjà (en théorie) 21 vitesses... Or avec le nouveau double plateau, 2X10 = 20 !

     

    MBK Aventure bis.jpg

     

    "Mauvaise foi" va-t-on me rétorquer, "car les développements sont censés avoir été étudiés spécifiquement pour que ces braquets donnent satisfaction dans la majeure partie des situations, ce qui n'était pas le cas à l'époque". Encore la propagande officielle !

    Les plateaux de mon MBK Aventure de 1990, c'était quoi ? Des 28-38-48. OK, c'est effectivement assez proche de ceux d'un vélo de route. Par contre, les pignons à l'arrière correspondaient déjà aux VTT d'aujourd'hui. Donc le développement minimum devait être 28X30 ou 28X32 au mieux. C'est sûr, c'était pas l'idéal pour mouliner dans une grosse côtasse pleine de racines. Mais vous savez quoi ? C'est quasiment le même rapport avec les tout nouveaux - tout beaux - doubles plateaux. Donc le même effet dans les raidards pour le commun des pratiquants, qui risque de se trouver un poil désappointé de poser le pied et de devoir pousser là où il passait avec l'ancien matériel les fesses sur le vélo et les doigts dans le nez ! Et en compétition, ça aura pour conséquence de rapprocher davantage le VTT de cross-country du "cyclo-cross" dés que les difficultés vont se cumuler... Pas si génial finalement !

    La morale de l'histoire ? Le propre d'un pédalier est bien... de tourner (en) rond !

  • De l'intérêt du tubeless et du liquide préventif

    Aujourd'hui c'est samedi, jour de sortie avec le club et de lamentations du lamantin lamentable...

    Un peu de mécanique ce matin : exit le gros pneu arrière à crampons, place à davantage de rendement en espérant que les conditions estivales de ces derniers jours perdurent quelques temps !

    Démontage, donc, et là, la preuve de l'efficacité du duo tubeless + liquide préventif à l'intérieur du pneu :

     épines tubeless.jpg
     
     
    Sans commentaire, sauf que malgré ces énormes épines solidement plantées, je n'avais noté aucune déperdition dans le gonflage !
  • Tracteur à pédales

    Ami lecteur, je te livre ici le secret de mon aisance technique à VTT : l'entraînement, et ce depuis mon plus jeune âge ! On voit sur ce document que rien ne m'est épargné : passages trialisants, obstacles perfidement placés...

    tracteur.jpg
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    Au passage, voici donc dévoilé mon premier engin (d'origine agricole) de tout-terrain à pédales que j'évoquais il y a quelque temps déjà. A l'heure où une mode venue des States voudrait nous faire revenir au singlespeed, voilà la solution ultime pour se passer de dérailleur ! Et un volant, c'est quand même beaucoup plus pratique.
     
     
     
  • Une nouvelle politique de la rustine

    La politique de la rustine, Keskeucé ?

    Rapporté au gouvernement d'un pays, c'est une pratique qui consiste à se contenter des réformes minimales pour répondre à une urgence, en général pour ne pas mécontenter les électeurs. Mais comme disent les économistes, "ça tient ce que ça tient" en attendant la prochaine crevaison !

    1869279949.jpg

    Ici, photo d'archives d'une balade entre potes à l'époque du lycée... la galère se partage pour se transformer en moment de convivialité. Certes, nous crevions souvent, mais cela n'entachait en rien l'enthousiasme de nos sorties. Au contraire, c'était devenu un sujet de plaisanteries et de paris. Le risque ne participe-t-il pas du plaisir ?

    N'empêche qu'on se rend bien compte qu'à force d'ajouter des rustines, la chambre à air ne vaut plus grand-chose.

    Cette observation ne prétend en aucun cas avoir valeur de réflexion politique ! La seule morale que j'en tirerais, c'est de toujours avoir sur soi de quoi réparer pour ne pas pourrir la sortie. Mais bon, y'a des fois où ça suffit pas...758590411.jpg

    Heureusement, un tel carnage reste rare dans le cadre d'une pratique normale, et cela n'est arrivé à aucun de ceux de notre groupe à la Pastourelle avant-hier. Il y avait déjà assez à faire comme ça avec la gadoue !

    Au fait, pour le récit complet de ma course c'est là (y'en a qui vont encore râler parce que j'ai pas pu m'empêcher de mettre quelques détails, mais comme dit le dicton "plus c'est long..."). Et la rubrique "A propos" a été remise à jour ! Bonne lecture...