Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Avec les Dériv'chaînes - Page 6

  • Nocturne Dériv'chaînes

    Nuit et froid = galère ?

    Au contraire ! D'abord pour une fin novembre, il faisait doux et sec pour la nocturne des Dériv'chaînes organisée le week-end dernier sur Ytrac. Une vraie répétition de la Dériv'chouettes dans les conditions qu'on souhaiterait bien pour avril prochain à Pleaux...

    nocturne Dériv' 008 bis.jpg

    ...Certes, quelques problèmes techniques en moins. D'inévitables crevaisons en ruptures de chaîne du président adjoint (trop de puissance ?!). Mais vu le nom de l'association ç'aurait vraiment été un comble que la réparation cause de gros soucis, même à la lueur des frontales et dans les bois !

    En parlant d'éclairages, on a vraîment vu de tout... Qu'importe, du moment que c'est efficace !

        nocturne Dériv' 001 bis.jpg                        nocturne Dériv' 010 bis.jpg

    L'idée tombait donc au meilleur moment, même si notre cohorte de vers luisants et ahanants a surpris quelques riverains ! On les comprend... Bonne ambiance, une bien belle sortie, et l'essai concluant des plaques réfléchissantes par Eric.  

  • Dériv'Chaînes et Estives

     Je ne dirai jamais assez les avantages d'une rando organisée par une association ou un club : aucun risque d'égarement ni de fringale, par exemple ! Du coup, l'unique préoccupation de notre trio se résumait à « tourner les jambes », sur la distance et les extensions de notre choix, dans des paysages superbes. L'esprit « randonnée cyclotouriste » au bout de sa logique :

    - Pas de départ « en ligne » mais libre (donc aucun intérêt de se tirer la bourre),

    - Des extensions au choix donc, selon les envies de chacun,

    - Des ravitos bien garnis et des sites incitant à de longues pauses... Au menu concocté par le Vélo Club du Cézallier, des valeurs sûres : lac du Pécher, bois de la Pinatelle...

    Allanche 19.07 005 bis.jpg

    Mais auparavant, la première rallonge prise quasiment depuis le départ s'était chargée de bien nous échauffer en nous menant sur les hauteurs du bois du fouet puis Romaniargues...

     

    Allanche 19.07 002 bis.jpg

    Comme les extensions, les parcours étaient sérieusement renouvelés par rapport à l'édition précédente. Un élément restait inchangé : les montées costaudes, qu'on les prenne dans un sens ou dans l'autre. L'occasion de constater deux choses : 1. Qu'Olivier (à droite sur la photo) est bien affûté, mais aussi

    - 2. Que l'escadrille d'admiratrices l'accompagnant lors d'un reportage précédent des Dériv'chaînes était toujours là !

    Le problème, c'est que l'acide lactique aidant, les mouches n'ont pas hésité à changer d'âne, selon la célèbre expression footballistique. C'est sans doute dans cet esprit que le « king » Cantona avait lancé à des journalistes anglais éberlués sa fameuse formule dans la langue de Shakespeare : « Quand les mouettes suivent le chalutier, c'est qu'elles savent qu'on va leur jeter des sardines »...

     Bref, les ravitos (avec le sourire !) situés à Cézérat, et plus encore celui du village de la Roche après une bon raidard assez technique étaient bienvenus. C'est dans cette grimpette que mes compagnons, avisant un nuage de fumée dans un fossé, m'ont expliqué qu'un vélo dont la marque commençait par C... devait finir là sa triste vie (enfin moi je dis ça mais je suis pas une balance, aucun souci de fiabilité sur nos montures dont je tairai la marque par charité).

    Déjà 40 bornes au compteur, et encore 15 pour finir d'arriver en prenant la 2e extension proposée : « on n'allait quand même pas refuser d'aussi beaux points de vue » (Heu, vous êtes sûrs, les gars ?!!! Ah OK alors)

    D'abord la jonction du col de la Croix de Lampre... Allanche 19.07 004 bis.jpg

     

    ...Puis une petite descente par la route pour remonter enfin le Puy de Mathonière, point culminant à 1220 mètres environ (ci-dessous Eric dans le dur, mais il y arrive !)

    Allanche 19.07 006 bis.jpg

     

    Restait plus qu'à redescendre jusqu'au bourg d'Allanche, tout en bas ! Autant sur les étapes du Tour à la télé j'aime bien quand ça se termine par l'ascension d'un col, autant là ça m'a pas dérangé...

     

    Allanche 19.07 010 bis.jpg

    Au final le Circuit des Estives justifie son nom : prés de 1200 mètres de dénivelé positif, une magnifique sortie et l'accueil chaleureux promis sur le site !

     De quoi déplorer que les orages et les prédictions pessimistes de la météo n'aient pas fait battre des records de participation à cette manifestation chez les vététistes.

    Mais pour moi qui étais aussi à la recherche de difficultés et de rythme (et de quoi me ressourcer ?) une semaine avant la Ronde du Renard (site ici), c'était parfait !

  • Dériv'chaînes à Pleaux (2) : détours

    A la Dériv'chaînes l'autre jour, la boue compliquait quelque peu certains tronçons. Passer nécessitait régulièrement d'"envoyer les watts" ! Mais pas seulement : dans ces cas-là, tout le plaisir peut résider dans le détour, celui par lequel le chemin redevient praticable.

    Alors, pédaler en solo, ou s'embourber en groupe de façon solidaire ? Le choix quand il se présente est vite fait (vive les sports individuels !). Mais cela nécessite de la lucidité - faut pas trop être "cuit" ! - et de l'intuition (le détour convoité rejoint-il bien la même destination ?). Il m'est arrivé plus d'une fois "me rater", et d'avoir à rebrousser chemin au milieu des ronces, ou dans le meilleur des cas de rejoindre tout le monde loin derrière à cause d'un "rallongis" ! C'est au moins l'occasion d'une bonne séance de chambrage et de rigolade, et l'envie en est décuplée de recommencer à la première occasion. Obstination ? Ceux qui sont habitués à rouler avec moi n'en sont plus surpris.

    N'empêche, sur cette sortie-ci, 100 % de réussite. Enfin, je crois ?!

    Bon, quoi qu'il en soit, à deux reprises ça a marché ! Et hop, une petite boucle dans les bosquets à droite en montée pour esquiver la voie principale dans le bourbier, passage sans poser le pied et... tout propre ! Un peu plus loin, le gué épargnait quant à lui la descente de vélo pour traverser un pont bien glissant. Ce petit plus valait bien un détour, sans doute !

    Dériv'chaînes 001.jpg
    ...D'autant qu'il permettait d'aborder "lancé" la montée qui suivait : tout bénèf !

    Mais peu importe de perdre du temps ou d'en gagner : l'amusement est là.

    Dans d'autres cas, en compétition par exemple, le détour peut vite s'avérer nécessaire : prendre les extérieurs lors de départs "bouchonnés", puis emprunter une voie parallèle moins roulante pour se dégager. Peser le pour et le contre en une fraction de seconde pour s'adapter à la situation. Opération souvent rentable avec un peu de pratique.

    Idem en descente où j'en connais qui savent bien "jouer les extérieurs" pour gicler au moment le plus improbable ! J'ai les noms... Mais j'avoue que je ne suis pas le dernier à le faire, même quand ce n'est pas nécessaire, juste pour tester d'autres trajectoires. Et avec un peu de vigilance, les crevaisons ne sont pas plus fréquentes pour autant. 

     Plonger lorsque le détour n'est pas possible...

    Pour en revenir à la Dériv'chaînes, il faut parfois savoir "plonger" ! Ainsi Yoan, pleine bourre sur la fin du parcours autour des terrains de sport, nous passe comme une flèche pour... s'immerger 50 mètres plus loin, de la boue jusqu'aux moyeux ! Spectaculaire... et efficace, son élan lui ayant évité de rester planté. Pas d'autre solution que de l'imiter (les dégâts ?)!

    La fin fut quand même rude, les efforts consentis pour lutter contre le terrain gras pesant d'autant plus lorsque l'on se croit arrivé et que le parcours compile les détours (encore !).

    Jusqu'ici, les compteurs aussi performants soient-ils n'empêchent pas les surprises. Tant mieux, mais on peut se demander si le développement des capacités des GPS ne va pas un jour nous en priver.

    Cauchemar ? Car l'aventure est aussi dans la part d'inattendu, aussi pesante qu'elle puisse paraître sur le coup. Par exemple, on pourrait compiler en temps réel la météo, le trafic sur le chemin, et toutes sortes de données, pour fournir le meilleur itinéraire à emprunter et calculer le nombre de calories à dépenser pour rallier l'arrivée en un temps record sans la moindre éclaboussure... Manquerait plus que la mise à jour des radars automatiques ! Gaffe de ne pas se détourner de l'essentiel.

    Dériv'chaînes 002.jpg
  • Dériv'chaînes à Pleaux (1)

    Dériv'chaînes 008 copie.jpg

    Dériv'chaînes 010.jpg

    "Quand on ne travaillera plus les lendemains des jours de repos, la fatigue sera vaincue" (Alphonse Allais).

     

    Dériv'chaînes 004 copie.jpg
    Sauf dans certains cas...Dériv'chaînes 012 copie.jpg
    Dériv'chaînes 013.jpg
  • Sorties humides du week-end

    Retour sur le week-end, où j'ai totalisé 90 bornes de VTT. Pas mal, pour une semaine de récup' après le triathlon des Olympides !

    A propos de sports d'eau, l'itinéraire choisi samedi a permis à certains de dévoiler tout ou partie de leur potentiel :

                             traversée jeunes.jpg         ça passe pas.jpg
    Les stratégies diffèrent question traversée : certains surnagent, d'autres décident de se plonger au coeur du problème (jusqu'ici, tout va bien...)
    Look Eric.jpg
     
                                                                         Look at Eric's bike : "Et voilà, il est tout propre !"

     D'autres images de cette sortie du club du côté d'Ytrac sur le blog VTT de l'ACVA, dont une vue de la fameuse bête à deux dos !  (en bas de la page).

     

    La baignade était agréable. Hélas même en juillet le mauvais temps peut s'inviter. Les 43 kms de la ronde du Cantal dimanche matin avaient un petit air de la thalasso de l'autre fois avec Max, heureusement en moins boueux !

    "Supposons une supposition", comme dirait l'autre ; tu te réveilles avec à l'oreille le crépitement familier de la pluie... Je reconnais que, comme toi, j'aurais été du nombre de ceux qui se seraient recouchés en râlant si je n'avais pas pris soin de m'inscrire la veille.

    Ainsi, tu n'as pas profité du très bon accueil des cyclos montagnards ni de leurs ravitaillements bien fournis (pour un engagement exorbitant de... 5 euros que tu n'as pas déboursé, puisque tu n'es pas venu !). Tu n'as pas trempé tes gommes sur leur circuit (certes connu dans sa majeure partie) du stade de Peyrolle à Velzic en passant par Naucelles. Et tu n'as pas roulé accompagné de deux membres de l'association Dériv'chaînes, Vincent et Philippe, et de leur bonne humeur. Leur président, qui complétait notre quatuor de derniers partants - qui aurait été un quintet si tu t'étais joint à nous au lieu de rester à maudire la pluie le nez à la fenêtre - ayant été contraint par des crampes persistantes à renoncer dès la première grosse côte ("Au revoir, au revoir Président...") !

    Bref, une excellente sortie où j'ai "mouillé le maillot" sans regrets, et dommage pour toi qui étais absent ! Pour achever de te convaincre, j'ai enfin trouvé (mais un peu tard) le site des cyclos montagnards présentant la manifestation. Souhaitons-leur pour la prochaine fois une météo plus coopérative !