Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Des chaînes et des chouettes

Participer à une manifestation sur le vélo, c'est bien... mais depuis l'organisation, c'est autre chose !

Pour voir d'abord la vidéo ou un rapide compte rendu de la manifestation elle-même :

www.derivchaines.net

www.velovert.com

Enfin la Dériv'chouettes et la Dériv'chaînes ont eu droit pour cette édition à la présence du temps sec et du soleil. Pas du luxe, tant les deux années précédentes avaient contrarié la tradition des belles balades automnales que nous voulions faire partager plus largement depuis la relocalisation de notre événement sur Aurillac !

Et la météo n'est qu'un des nombreux tracas des bénévoles à l'approche du jour J. La reconnaissance du parcours en groupe peut aider à se rassurer (ou pas !) mais aussi à le mémoriser pour le balisage. Pas évident pour la Dériv'chouettes, située en ville, car il faut le mettre en place au dernier moment ! Sur le binôme pédalant que nous avons constitué jusqu'à Baradel, l'efficacité de Jean-Paul n'était pas de trop pour la pose des panneaux réfléchissants. Surtout compte tenu de l'approche de plus en plus brûlante de l'heure du départ (!). Je dois reconnaître qu'on a eu un peu de chance aussi, vu que sans le savoir on avait emporté pile poil le nombre exact de balises !

Le temps de ramener le matériel sur une zone d'inscription déjà bien encombrée, retour express à la maison pour récupérer une ou deux épaisseurs de plus (il fait frais à Aurillac le soir) et surtout l'éclairage pour le vélo.. Et c'est reparti pour indiquer aux quelque 400 participants la séparation entre le 10 et le 22 kms.  Certains vont très bien, d'autres qui se grisent de vitesse ne prennent pas le temps de se repérer ou d'entendre nos mises en garde et commencent à s'engager dans une mauvaise direction (!). Même sur une rando de nuit, la tentation reste forte. "Ne vous affolez pas, il y aura de la soupe au fromage pour tout le monde !" De justesse, il est vrai.

Il ne reste plus ensuite qu'à débaliser. Cette fois ce sera en solo - et de nouveau à vélo - pour défaire la partie déjà réalisée avant le départ. Sur les zones longeant la rivière, le coup de froid n'est pas loin malgré les épaisseurs en plus (je parle des vêtements !). Dépose du matos pile à l'heure pour filer un (tout) petit coup de main au rangement de fin de soirée... et retour sur les coups de minuit, la route est tranquille.

Le lendemain, je suis affecté au ravito de Notre-Dame de Méringes, dans la montagne au dessus de Saint-Julien de Jordanne. Le cadre n'est pas désagréable...^^

vélo,vtt,dériv'chaînes,dériv'chouettes,organisation

 

 Dommage, les collègues de l'ACVA qui ont choisi le 53 kilomètres ont (dé)filé au moment où mes collègues bénévoles et moi-même prenons le poste. Nous ne verrons donc que les participants aux 33 kilomètres, qui arrivent ici à mi-parcours. Le premier est... un traileur, qui court donc au lieu de rouler et devance les meilleurs vététistes d'une bonne dizaine de minutes. Le tout en prenant le temps de discuter avec beaucoup de lucidité et d'à-propos sur les particularités du circuit avec les personnes qu'il rencontre. Respect !

Parmi les "rapides" de la première heure nous rejoignant au goutte-à-goutte, l'un nous fait une belle peur. Dans les derniers hectomètres de la descente, pourtant roulante et qu'il semble prendre tranquillement, il glisse et chute lourdement sur le côté.    

Pas de casse, mais un avertissement à moindres frais. L'infortuné nous avouera qu'il est plutôt routard que vététiste et qu'il est parti trop fort. Du coup, il décide d'oublier toute idée de chrono pour reprendre ses esprits et se réalimenter (ça "tombe" bien !). Ce que nous avions pris initialement pour de la prudence était plutôt l'annonce de la défaillance... 

Le retour sur terre a tout de même été brutal. Plus encore que la veille avec les chouettes, pédaler "le nez dans le guidon" ou en excès d'optimisme depuis le départ est inapproprié sur ce terrain exigeant et technique où l'on s'expose à être puni... La philosophie qui nous avait amené au "road-book" sur des éditions passées faisait d'ailleurs clairement le choix de bannir la hâte au profit d'une philosophie plus épicurienne. Traduction :"Mais regarde donc le chemin (et ce qu'il y a autour) !"

Mais on s'aperçoit que même en plein milieu d'une balade dans la nature il n'y a pas de vérité universelle. Quelques-uns vont vite, voire très vite et n'en restent pas moins lucides, montrant qu'ils ne se privent pas pour autant de prendre du recul. D'autres savent que le rythme qui leur convient est plus lent et s'en accommodent, ou s'adaptent à celui de ceux (et celles) qu'ils accompagnent. Puis il y a aussi les indécis, pressés, insatisfaits... moins nombreux toutefois lors d'une pratique sportive que dans la vie à mon sens. Et le réconfort de notre étape (d'ailleurs, personne ne la brûle) succédant à l'effort dans ces paysages magnifiques amène des sourires même aux plus renfrognés. "On n'est pas bien, là ?!"

...Tellement bien que tout en savourant l'expérience et ce qu'elle me donne à partager, je ne peux pas m'empêcher d'envier tous ceux qui se trouvent de l'autre côté des tréteaux. Je n'ai pas roulé beaucoup ces temps-ci, et les récits des uns et des autres me confirment à quel point l'occasion était belle... On ne peut pas tout avoir. Sans organisation ni volonté d'en faire profiter les autres, elle n'existerait pas...

Mais s'il y a des personnes que Dériv'chaînes n'oublie pas justement, ce sont bien celles (et ceux) qui oeuvrent sur ses manifestations. Le ravito bouclé, nous sommes tous conviés à la teuf, ou plutôt la "Dériv'teuf". L'occasion pour moi de retrouver en particulier mes acolytes pédaleurs ou bénévoles dans une ambiance façon "village gaulois" sous les lampions et les étoiles qui apparaissent lentement dans le ciel de la vallée. Une belle affluence, deux jours qui ont apporté du bonheur, la Dériv'chaînes a rempli son office pour cette édition 2015. 

  

 

Les commentaires sont fermés.