Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24e Ronde du renard

Toujours peu attirés par la nuit, les vététistes auvergnats ! Une tendance qui se confirme sur la Ronde du renard encore cette année. Vainqueur l'an passé, Vincent Pagès avait pourtant battu le rappel sur les liens sociaux, d'autant que le week-end était libéré d'une manche de coupe d'Auvergne annulée... Seuls les XC63 sont revenus en groupe, dans l'idée de "s'amuser", ce qui a eu le mérite de débrider la course.

 

vélo,vtt,nocturne,livradois,ronde du renard,compétition

Au briefing, avant le "start".

 

 De mon côté, j'apprécie toujours autant les lieux, l'ambiance, les paysages magnifiques du Livradois (voir mes comptes rendus des éditions précédentes sur ce blog...) avec le piquant que rajoute la spécificité d'une épreuve de nuit. C'est trop roulant pour du VTT ? Mais la compétition est voulue "grand public" à l'origine, et c'est l'une des plus anciennes de la région, qui témoigne de l'histoire du mountain-bike en Auvergne (un quart de siècle l'an prochain...). C'est vrai que je déplore l'inversion du sens de la course depuis l'an dernier, je préfère clairement monter du côté de la ferme et descendre le sous-bois. Mais je ne vais pas en faire tout un poulailler ;-)

Seule nouveauté cette année : le départ avancé d'un quart d'heure (21h45) pour pousser les meilleurs à neuf tours. Double effet : le format lorgne vers la course longue (forcément plus de 2 heures pour tout le monde) et... il faut s'adapter au fait que l'obscurité tombe progressivement au moins jusqu'au 3e tour !

Dès le départ, je sais qu'il ne reste sur le plateau que des "purs et durs", dûment validés et estampillés XC voire habitués à la route, ce qui n'est toujours pas mon cas. Bon, je me suis tout de même (un peu) entrainé de façon à me montrer plus costaud que l'an passé pour digérer les ascensions. Le peloton s'étire rapidement et je me laisse glisser dans les dernières positions, mon idée étant de rester régulier et solide sur la durée. Après un premier passage quand même bouclé en moins de 16'30" (pour rappel, le circuit fait 5,4 kms pour 110 mètres de D+ mais la gagne se joue en moins de 14'), je calme le jeu et laisse filer un concurrent direct pour les places d'honneur. Objectif "préservation" plutôt bien tenu : j'arrive à maintenir mon rythme entre 18 et 19' sur les 5 tours suivants, en m'appliquant à passer les montées avec le plus de braquet possible sans caler, le cardio s'affole moins ! Dans l'autre sens, la limonade a moins de goût : une inspiration malheureuse m'a conduit à modifier en dernière minute la fixation de ma lampe et de la batterie, et l'ensemble tourne dans les zones descendantes dès que ça tape un peu... Trajectoire "au jugé" garantie ! Tant pis pour moi, je n'estime pas sur le coup le gain au chrono suffisant pour justifier un arrêt-bricolage à l'issue hasardeuse. Devant, la compét' est animée : Vincent a fort à faire pour résister à deux assaillants qui vont le pousser dans ses retranchements plus d'une heure durant, avant qu'il parvienne à les lâcher "à l'usure".

Si pour cette fois la descente ne m'a pas aidé à améliorer mon résultat d'ensemble, la gestion plus sage m'a  permis d'arriver relativement "frais" tout en allant plus vite qu'en 2014. J'en finis quitte pour 7 tours en 2h08' et une 8e place devant peu d'adversaires sur le terrain certes, mais devant la foule de tous ceux qui n'ont pas jugé bon de venir... ;-)

Ci-dessous, de nouvelles photos du XC au Sailhant d'Andelat qui me rappellent qu'il faut aussi que je travaille la souplesse...! Merci aux photographes sur les parcours.

vélo,vtt,nocturne,livradois,ronde du renard,compétition           vélo,vtt,nocturne,livradois,ronde du renard,compétition

Les commentaires sont fermés.