Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • 25e Sancy Verte

    "Oh oh,

    Le vieil hipopo,

    Comme son ventre est gras et gros,

    Comme ses oreilles sont petites,

    Comme il a l'air idiot..."

    Et voilà ce qui arrive quand on écoute un peu trop les CD de ses enfants sur la route des vacances : vous vous retrouvez avec une comptine d'Henri Dès qui vous suit toute l'ascension jusqu'aux plaines brûlées du Sancy ! Là haut, le silence finit par se faire quand même, les portages impromptus et le choix des bonnes trajectoires rompant la régularité de l'effort...

     

    vélo,vtt,monts du sancy,sancy,sancy verte,orientation,compétition sportive,musique,écologie                   vélo,vtt,monts du sancy,sancy,sancy verte,orientation,compétition sportive,musique,écologie

    Place aux paysages, toujours aussi magnifiques, le soleil enfin présent mais pas la chaleur. Pour cette 25e édition, les organisateurs avaient décidé de chambouler le parcours. Cela n'a pas été sans effet sur le classement, puisque plusieurs prétendants au palmarès se sont égarés. Les raisons invoquées au lendemain de la course vont du défaut de balisage à la malveillance d'andouilles (pour rester poli) qui n'auraient rien trouvé de mieux que de modifier certaines indications... Plus court que les années précédentes (à condition de suivre le bon itinéraire), mais aussi plus cassant : nombreux sont ceux qui se sont arrêtés pour réparer, et la victoire finale s'est même jouée sur un bris de chaîne. La "glorieuse incertitude du sport" ! De mon côté, le matériel et le vététiste ont tenu... à leur modeste cadence. Ils ne se sont pas non plus égarés, mais l'inscription s'est encore faite à "moins une" au parc Fenestre : augmenter l'adrénaline du départ à ce point, c'en est pathologique.

    Pas d'échauffement mais une bonne épaisseur de vêtement en trop sur les épaules, tant pis : je démarre dans les derniers et je remonte la température et le peloton jusqu'à hauteur de Yannick, Aurillacois affûté qui finira à une très belle 16ème place. Au bout de quelques kilomètres, il est temps pour moi d'ôter ma petite laine... et de laisser s'expliquer les adversaires plus entraînés. La première côte ne fait plus le détour jusqu'au Mont Dore, mais elle pique toujours aussi fort, et elle en appelle d'autres : plus de 1200 mètres de dénivelé sur 42,5 kms, la montagne dicte sa loi.

    Même sans ambition au classement, je défends mes positions et me fais plaisir en descente : certaines, serrées et pentues, sont à aborder avec d'autant plus de précaution que le terrain est gras par endroits. Mais elles alternent avec d'autres, plus sécurisantes et larges, qui virevoltent aux abords des forêts de résineux : un bonheur, qui relaie celui des paysages. Au fil de la progression globale dans l'altitude (le profil est d'abord bien montant !), ceux-ci se laissent entrevoir à la faveur d'une trouée dans les sapins... avant de se donner en spectacle une fois tout en haut, à mi-parcours.

    Mais c'est alors que le terrain, jusque-là roulant et agréable, devient collant, boueux et sans rendement. Je trouve d'abord la seconde moitié très dure, puis le dernier tiers interminable. Les crampes s'annoncent sur mes mollets. Rançon (encore) du manque d'entraînement, de sommeil et peut-être aussi de mon excès d'enthousiasme du début ? Je m'oblige à davantage mouliner, je bois et je ralentis le rythme, mieux vaut ménager la machine et perdre quelques places que d'aller à la panne. De toute façon, j'ai abandonné l'idée de passer sous les trois heures : le 15 de moyenne n'est plus à l'ordre du jour comme sur l'ancien itinéraire. En plein effort, je suis trop "cuit" pour ramasser une topette abandonnée au milieu du chemin. Ma conscience écologique me taraude. On se réconcilie un peu plus haut, aux abords du buron de Croizat : nouvel emballage, cette fois je m'arrête. Gâcher des massifs aussi magnifiques, il faut en vouloir... mais ce seront les seuls détritus que je trouverai sur le parcours. Enfin les derniers kilomètres pour rallier La Bourboule, descendants, mais boueux : on n'a rien sans rien ! Après la Ronde du renard, Vincent Pagès est donc à nouveau victorieux. Comme quoi s'entraîner pour de longues distances à VTT n'empêche pas d'être performant sur de plus courtes. Quant à moi, il m'aura fallu 1 h 08' de plus que lui, soit 3 h 36' d'efforts, pour prendre une 80e place de "milieu de classement". Et Henri Dès n'y est pour rien...   

  • Sortie du 15 août

    Pas si facile de se renouveler pour un 15 août :

    Ce n'était ni une sortie collective ni l'exil de l'ermite, mais une balade avec des rencontres.

                                       vélo,vtt,météo,randonnée,panoramas,échappées,adaptation,llimagne,nature,paysages,auvergne,romain bardet,verlaine,15 août          vélo,vtt,météo,randonnée,panoramas,échappées,adaptation,llimagne,nature,paysages,auvergne,romain bardet,verlaine,15 août

     

     Ce n'était ni la froidure du Cézallier, ni l'humidité d'Aurillac, mais la douceur de la Limagne.

     

     

    vélo,vtt,météo,randonnée,panoramas,échappées,adaptation,llimagne,nature,paysages,auvergne,romain bardet,verlaine,15 août

     

     Ce n'était ni une escapade en altitude, ni une rando au long cours, mais un circuit bien casse-pattes*.

     

    "Combien de fois l'a-t-on parcourue, cette petite piste..." le chant original se réfère davantage à des expéditions africaines qu'aux contreforts du brivadois, mais c'est cet air militaire qui s'est imposé dans ma tête au fil de cet itinéraire sur les terres de Romain Bardet qui sont aussi les miennes.

     

     

        vélo,vtt,météo,randonnée,panoramas,échappées,adaptation,llimagne,nature,paysages,auvergne,romain bardet,verlaine,15 août               vélo,vtt,météo,randonnée,panoramas,échappées,adaptation,llimagne,nature,paysages,auvergne,romain bardet,verlaine,15 août

     

    Pèlerinage, ou madeleine de Proust ? Les deux mon capitaine, et bien d'autres choses encore. "Ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre", comme dans le rêve familier de Verlaine, ce qui me marque le plus ici c'est à quel point la nature et ses paysages se modifient à chaque instant. Mes sorties devenues occasionnelles sur ce terrain que je crois si bien connaître n'en finissent pas de m'étonner. C'est ainsi que les éléments semblent nous pousser à vérifier l'adage bien connu "On ne se baigne jamais deux fois dans le lit d'un même fleuve" !

     

                      vélo,vtt,météo,randonnée,panoramas,échappées,adaptation,llimagne,nature,paysages,auvergne,romain bardet,verlaine,15 août                   vélo,vtt,météo,randonnée,panoramas,échappées,adaptation,llimagne,nature,paysages,auvergne,romain bardet,verlaine,15 août

     

     Dès les premières montées, depuis les bords du Courgoux jusqu'aux bois d'Entremont, une sensation de bien-être me gagne. La douceur enfin presque estivale (et la pente aussi ! Je ne suis pas si en jambes !) me poussent à ôter une épaisseur et à contempler les alentours. Tiens, à défaut d'une sortie "nez dans le guidon", il ne sera pas dit que l'appareil photo restera dans le sac. Un peu plus haut, une vache a faussé compagnie à son troupeau pour faire honneur aux longues herbes longeant le chemin.

     

     

    vélo,vtt,météo,randonnée,panoramas,échappées,adaptation,llimagne,nature,paysages,auvergne,romain bardet,verlaine,15 août               vélo,vtt,météo,randonnée,panoramas,échappées,adaptation,llimagne,nature,paysages,auvergne,romain bardet,verlaine,15 août

     

     

    vélo,vtt,météo,randonnée,panoramas,échappées,adaptation,llimagne,nature,paysages,auvergne,romain bardet,verlaine,15 août               vélo,vtt,météo,randonnée,panoramas,échappées,adaptation,llimagne,nature,paysages,auvergne,romain bardet,verlaine,15 août

     

    L'ascension du Pié Pichou est devenue moins technique depuis quelques années : le chemin a été débarrassé des rochers qui affleuraient. Ne reste plus que la difficulté de la pente pour parvenir au point de vue du château d'eau, où je retrouve un de mes profs (de SVT !) de lycée. Les conditions du jour permettent d'apercevoir au nord la chaîne des puys, et en particulier le Puy-de-Dôme. Le château de Paulhac, comme par magie, semble s'aligner sur son axe pour le garder...

      

    vélo,vtt,météo,randonnée,panoramas,échappées,adaptation,llimagne,nature,paysages,auvergne,romain bardet,verlaine,15 août

     

     

    Un peu plus loin, une moissonneuse récolte les blés : le paysage agricole est lui aussi en pleine période de mutation. Au début de la descente sur la Baraque-David, les tournesols font de l'oeil au soleil enfin retrouvé. 

     

    vélo,vtt,météo,randonnée,panoramas,échappées,adaptation,llimagne,nature,paysages,auvergne,romain bardet,verlaine,15 août                 vélo,vtt,météo,randonnée,panoramas,échappées,adaptation,llimagne,nature,paysages,auvergne,romain bardet,verlaine,15 août

     

    Quelques petits sauts sur une piste bien roulante plus tard, les choses sérieuses commencent vraiment : la montée de la côte de Vazeilles est encore plus ardue que dans mes souvenirs. Il me semble cette fois que le terrain s'est dégradé, l'adhérence s'avère délicate. Heureusement pour moi que les vélos ont eux évolué dans le bon sens ! Les "arrêts-photo" me servent d'alibi pour justifier cette séance de fractionné, mais je suis quand même forcé de bien m'employer. Des motards se rapprochent, je me demande s'ils profitent autant que moi des cadeaux de la nature ?

     

    vélo,vtt,météo,randonnée,panoramas,échappées,adaptation,llimagne,nature,paysages,auvergne,romain bardet,verlaine,15 août                  vélo,vtt,météo,randonnée,panoramas,échappées,adaptation,llimagne,nature,paysages,auvergne,romain bardet,verlaine,15 août

     

     A l'approche du sommet, j'accélère le rythme autant pour l'entraînement que par orgueil d'y parvenir avant eux (et pour éviter aussi de respirer leurs gaz en plein effort !). Je reconnais alors les marcheurs qui viennent à ma rencontre : d'anciens équipiers de mon équipe de foot et leurs épouses ! C'est ainsi que mon pèlerinage du 15 août prend des proportions que je ne risquais pas d'imaginer...

     

    vélo,vtt,météo,randonnée,panoramas,échappées,adaptation,llimagne,nature,paysages,auvergne,romain bardet,verlaine,15 août                             vélo,vtt,météo,randonnée,panoramas,échappées,adaptation,llimagne,nature,paysages,auvergne,romain bardet,verlaine,15 août

     

     Après une belle descente rapide, retour par Vieille-Brioude, puis le plan d'eau de la Bageasse sur la rivière Allier. Une vingtaine de kilomètres et 400 mètres de D+. Je ne me lassais déjà pas de ce circuit à l'époque où je l'empruntais trois fois par semaine en sortant du lycée, comment cela pourrait-il être le cas aujourd'hui ?  

    *Référence à Raymond Queneau et à l'un de ses nombreux Exercices de style