Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un air de Pastourelle

 Mais regarde donc le chemin couloir aérien...

 

vélo,vtt,raid vtt,pastourelle,boue,nature,gestion de l'effort

 Ce qui fait tout l'intérêt de lever la tête en montagne ! Quelqu'un pour identifier ce spécimen ?

 

vélo,vtt,raid vtt,pastourelle,boue,nature,gestion de l'effort

 

Ma course : récompense de l'entraînement, le surcroît de puissance par rapport à mes précédentes participations m'a permis d'éviter le "coup de barre" dont j'étais jusque-là coutumier dans les bois du Vaulmier... Appréciable car cette deuxième grosse grimpette était rendue délicate par les rochers affleurants glissants de l'orage de la veille. Le "clac" des cales que l'on déchausse ponctuait la frustration de ceux qui avaient déconnecté l'antipatinage. Moulinant tranquille, "à ma main", j'en étais presque à m'amuser pour choisir la meilleure trajectoire. Pas beaucoup plus rapide que les piétons, mais excellent pour le moral !

Pour autant, je n'ai pas fait que survoler les difficultés de cette 14e édition ! Le terrain, donc, aurait pu être sec... mais les pluies orageuses tombées en abondance quelques heures avant le départ ont changé la donne et renforcé le caractère sélectif du raid. En montée, et plus encore en descente !

 "Regarde maman, fans les vents" ? Les sculptures marquées du "Toro" m'ont été encore bien utiles à l'arrière, remplaçant avantageusement les zigzags de mon "Python" fatigué. Il aura tout loisir de ressortir lézarder dans la poussière estivale !

Départ à perfectionner, toujours ! Coincé à droite, le goulot d'étranglement du départ réel à St Paul de Salers, je ne le sens décidément pas. Il ne me reste plus qu'à remonter la cohorte ahanant dans la cote de Falgouzet sans trop me mettre dans le rouge car l'ascension est longue (600 mètres de D+ la première heure jusqu'au buron d'Impramau !). Du jaune et rouge (sang et or, pardon) ? Florine tout d'abord sur la gauche, qui fait un début prudent et que j'encourage au passage. Elle finira 3e féminine pour sa première participation, bravo ! Le Playmobil est bien un peu plus loin, je le rejoins juste avant la 2e épingle : il monte pas mal, le bougre ! Puis c'est au tour de Régis, qui tient bien le rythme lui aussi. En l'absence de Seb "gaz-gaz", il ne reste plus devant que les mobylettes Joris et Florian, mais là il va falloir sérieusement m'employer pour espérer les revoir !

 

vélo,vtt,raid vtt,pastourelle,boue,nature,gestion de l'effort

 

Gros avantage de connaître le terrain par coeur : non pas que je parvienne à me gèrer vraîment (le cardio affichera une moyenne de 173 pulsations sur l'ensemble du parcours (!!!), preuve que j'ai encore trop peu de marge pour cela !) mais l'anticipation des difficultés m'aide beaucoup sur le profil ascendant, je rejoins puis lâche de cette façon plusieurs wagons de concurrents en souffrance !

Au bout d'une cinquantaine de minutes, j'ai enfin Florian en point de mire dans la descente en partie goudronnée. J'opère la jonction aux sources de la Maronne, avant le portage dans le pré... que je tente sur le vélo aussi longtemps que possible, encouragé par les spectateurs, les concurrents autour et le caméraman de l'organisation France 3 Auvergne (photos ici) ! Si je peux à la fois faire le spectacle et m'éviter un peu de marche à pieds... à la bifurcation, Jérôme nous annonce 63 et 64èmes, il reste à tenir ce rang. Le portage jusqu'au buron fait mal, mais les paysages sous le soleil sont superbes. Petite déception : pas de salé au ravito, les bonnes habitudes se perdent ? De toute façon, j'ai décidé de me mettre en mode "race", gestion au camelbak avec le minimum d'arrêts...

Dans la descente Florian s'accroche, on voit bien que la boue complique considérablement les trajectoires. Jusqu'à la route, ça va. Ensuite, je refais le spectacle mais je m'en serais bien passé : roue avant bloquée dans la m... et c'est un premier soleil en sous-bois, à l'hilarité du gars derrière moi. Un peu plus loin en direction du Falgoux, ça ne s'arrange pas, entre la caillasse glissante, les ruissellements et les paquets de boue, tout le monde alterne entre portages et descente debout sur les freins avec beaucoup de circonspection. Comme la peur n'empêche pas la maladresse, je me retrouve au tapis pour une deuxième inspection topographique des environs et un nouveau petit souvenir sur les tibias. Trois gamelles en une semaine, pas possible, mon nouveau X-Control (dont je perds le...contrôle) doit être plus piégeux que le précédent ?...

Mi-parcours enfin au village du Falgoux : l'arrêt au ravito derrière l'église est indispensable car les réserves d'eau s'épuisent... et les demoiselles, il faut le mentionner, sont charmantes.

Soupçonnant mon compagnon d'être tenté par un arrêt prolongé, je bats le rappel en direction de la partie "globalement descendante" jusqu'au Vaulmier mais dont les remontées, les passerelles glissantes et les passages encore ruisselants ou boueux intoxiquent durablement les organismes et le moral. Certains esprits s'échauffent un peu en croyant pouvoir se débrouiller mieux que celui qui est devant... faut arrêter les inhalations d'hélium, les gars !

Là, Florian décroche. Bientôt la remontée jusqu'aux plateaux est rude, et quelques portages s'imposent comme pour rappeler que nos pieds nagent joyeusement dans le contenu des chaussures !

Je sais les 15 derniers kilomètres roulants (par rapport à ce qui précède, s'entend !) alors je décide d'en remettre une couche au moment où nous retrouvons les randonneurs du 40 kms. Ceux-ci sont facilement reconnaissables à leur... propreté, et s'écartent très sportivement ! Par la même je récupère mes "amis" râleurs qui m'ont bien chauffé précédemment et qui sont maintenant en perdition dans les longs bouts droits où il faut relancer. Ravito d'Espinassoles squeezé, je prends un 62,6 km/heure compteur dans la descente avant un appel-contre appel parfait pour négocier l'épingle au niveau du stand. Au temps pour la gomme que j'imprime sur l'asphalte, "The show must go on !".

Posté à 3kms de l'arrivée, Tonin m'encourage, ça fait du bien ! Je m'acharne à donner tout ce qui me reste dans la traversée de pâturages et reprends deux nouveaux concurrents à l'entrée de Salers, dont la première féminine. Décidément je ne suis pas galant en ce moment : j'ai déjà passé juste avant la ligne deux filles samedi dernier à l'Oxygen... "Girl power" OK, à condition de lâcher les freins ! La lucidité est encore là pour gravir les marches de la Martille sur la selle et sous les bravos. La ligne d'arrivée s'annonce au bout de la ligne droite et avec elle les bisous impatients de mon fils, pas effrayé ni par la sueur ni par la boue...

 

      vélo,vtt,raid vtt,pastourelle,boue,nature,gestion de l'effort            vélo,vtt,raid vtt,pastourelle,boue,nature,gestion de l'effort

                                                                                         Non, il n'est pas resté dans la voiture !!!

Au final, une malédiction me taraude : serais-je abonné au seuil du "top 50" sur les raids VTT ? 51e à la Sancy Verte 2008, 54e au "Tour du Sancy" 2010, et cette fois une 53e place en 4h15 qui me va cependant tout à fait (classement ici). Je suis convaincu d'avoir fait le maxi avec mes moyens du moment ! J'apprends que Joris, après un départ canon (15e au premier pointage) termine moins de 7'30" devant, tandis que Florian arrive un gros quart d'heure derrière. Bien joué les gars !

Commentaires

  • Bingo : après recherche, le rapace en photo serait un milan royal, espèce protégée car très menacée (-80% des effectifs en 10 ans) mais encore répandue dans le sud de l'Auvergne et particulièrement dans le Cantal (zones vallonnées... tu m'étonnes !). La forme en "V" très espacée de sa queue et la coloration blanche sous les ailes sont typiques de l'espèce. http://www.ornithomedia.com/magazine/mag_art504_1.htm

Les commentaires sont fermés.