Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Oxygen Challenge : bilan

vélo,vtt,oxygen challenge,boue,rally,pastourelle

Comme prévu, le Rally du dimanche s'est déroulé dans des conditions dantesques, dès 7h30 du matin (départ à vélo de la station jusqu'au télésiège de Rombières... ça réveille !), avec un parcours, donc des participants rapidement repeints en marron. Fête gâchée ? Pas complètement. Boueux, certes (on le serait à moins) mais heureux, comme ce trailer arrivé avec moi qui remerciait les bénévoles au ravito final !

               vélo,vtt,oxygen challenge,boue,rally,pastourelle                     vélo,vtt,oxygen challenge,boue,rally,pastourelle

"La nature, il ne faut pas se battre contre elle, mais faire avec les circonstances", proclamait-il avec un grand sourire.

C'est dans la difficulté qu'on retrouve aussi les vraies valeurs du sport. Ceux qui sont allés au bout des "séries" (un gros tiers seulement des inscrits !) l'ont constaté : les dialogues et l'entr'aide sont spontanés, la convivialité est immédiate. Tout le monde subit forcément son lot de pépins sur le matériel ou le physique, rien de plus normal au bout de trois jours d'efforts.

Pour moi, le cardio qui ne dépasse plus le seuil souligne que mes facultés de récupération ont atteint leurs limites, le déficit en sommeil doit y être pour quelque chose. Pas grave, car à chaque fois que je tente de forcer en montée la chaine décide de renâcler en se bloquant avec le plateau voisin. Et c'est pas mieux en descente avec la boue et la caillasse qui glisse : je signe mon premier "OTB" depuis des lustres juste avant l'arrivée au col de Pertus, à la fin de la 1ère spéciale (photo du haut). Tibia balafré, mais le cuissard (long !) a tenu le coup. ça suffit pour finir d'inciter à la prudence !

              vélo,vtt,oxygen challenge,boue,rally,pastourelle      vélo,vtt,oxygen challenge,boue,rally,pastourelle

J'ai donc poursuivi avec pour seul ambition de terminer. Bilan : 68e des séries sur 178 inscrits chez les hommes. Si on ne compte que les "classés" aux trois épreuves, je figure humblement 49e sur... 67.

A savoir avant de s'aligner par ce type de conditions quand même... Le moment le plus dur ? le lavage, après l'arrivée. L'influx s'évapore, mais pas l'humidité ni le froid. La nature dicte ses conditions, c'est à prendre ou à laisser.

Sur le parcours, les encouragements des bénévoles, eux, font chaud au coeur... mais encore plus que la veille, j'ai préféré écouter ceux qui annonçaient que le pire restait à venir. Parce que lorsqu'on se laisse convaincre que le plus dur est fait, la moindre difficulté paraît décuplée. Bonjour l'effet sur le moral !

                       vélo,vtt,oxygen challenge,boue,rally,pastourelle             vélo,vtt,oxygen challenge,boue,rally,pastourelle

Et demain, Pastourelle : matériel et organisme remis à neuf (ou presque !). Il vaut mieux, car il y aura de la chaleur, mais aussi de la boue. Il y aura du portage, des passages techniques en sous-bois, des descentes délicates, des montées fatigantes, une arrivée espérée depuis longtemps... Bref, encore un raid !

Les commentaires sont fermés.