Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 heures du Lambon (1)

stand mise en place.JPG   24h départ bis.JPG

départ Le Mans.JPG

 

Retour sur nos performances d’aventuriers du Lambon (cf aussi toute la préparation)… Même deux semaines après, ce mini séjour dans les Deux-Sèvres  reste dans un coin de la tête. Et aussi dans les jambes mais en bien : ça a boosté mon rythme qui était plutôt « tendance marathon » depuis août.

 

Pourtant j’ai moins dormi que roulé lors de ces 24 heures-là : avec 4 heures 51’ sur le circuit, je dépasse même de loin la moyenne de mes équipiers Dériv’chaînes ! Gourmand ? J’assume !

 

Une fois les péripéties de l’arrivée sur le site et de l’installation terminées (heureusement le GPS d’Hubert ne se formalise pas pour si peu…) le plus urgent était quand même de se préparer au départ. Le sandwich rapidement dévoré, le pipi est fait, la plaque est fixée sur le cintre, la puce à la cheville et le brassard qui sert de témoin au poignet : le stress monte à l’heure de la check-list. Le capitaine déteint sur l’équipe, sans nous presser nous arrivons en retard pour le briefing (j’en aurai pas suivi un depuis le début cette année…). Et c’est de toute façon loupé pour la reconnaissance du circuit, une impasse qui… me jouera des tours, du moins lors du 1er !

 

A 13 heures pétantes, les 43 partants s’élancent pour le Prologue : une boucle autour du plan d’eau d’environ 3 kilomètres. Ça démarre comme des flèches, je décide de la jouer prudent une fois de plus pour éviter les accrochages, et mieux remonter ensuite la concurrence, au train. La fin du prologue rejoint celle du parcours : passage au PC, sous le chapiteau : les puces bipent dans les haut-parleurs, cette fois la course est lancée. Je fais monter les pulsations dans la 1ère côte dans l’herbe, acclamé par mes équipiers,

 

                                                           Seb à fond.JPG              Assistance Le Mans.JPG

 

 Et je commence à rejoindre ce qui me semble des rivaux potentiels pour le général. Les deux premières grimpettes du parcours se passent bien. On atteint ensuite un faux plat descendant entre deux rangées d’arbres puis une première descente plus sérieuse en deux parties. Du caillou, quelques rocailles qui affleurent… pas de quoi effrayer un habitué des descentes auvergnates. Mais quelques-uns sont visiblement intimidés et j’en profite. Gare cependant à l’arrivée au point bas : un ruisseau détrempe la caillasse… et en sortie de virage le pont est à droite, lui aussi surmonté de cailloux piégeux. Il va falloir y aller mollo ! S’ensuit une épingle à gauche entre les arbres qui précède un single roulant en sous-bois, débouchant à son tour sur un passage de gué : cette fois pas de pont (ou plutôt si, mais hors-circuit), donc pas d’autre choix que de se mouiller avant la remontée la plus cassante, à nouveau dans les caillasses et les racines. Au bout de quelques centaines de mètres, le débouché est à droite sur la route. Problème : je suis seul, la situation à éviter quand on ne connaît pas un circuit et qu’une ambiguïté se présente. Et comme par hasard il s’en présente une : à gauche, deux rubalises qui pendent de chaque côté semblent valider un chemin. Je le suis, et je suis bientôt troublé par le sentiment de déjà-vu… je retrouve des jeunes « commissaires » à une table en haut de la partie descendante, à qui je confie que je me suis sans doute trompé puisque je les vois pour la seconde fois. « Non, non, continuez ! » m’enjoignent-ils, et je n’ai pas d’autre choix que de reprendre la descente depuis le début ! 4 kilomètres pour rien, j’ai visiblement rétrogradé en dernière position : il me faut un bon moment avant de rejoindre les concurrents les plus décrochés, le couteau entre les dents et le rouge au front rien qu’à penser à Edmond qui doit trépigner, là bas, sur la ligne de relais ! Je donne le maxi sur les « coups de cul » et les relances qui restent, entre deux séances de gymkhana dans les bois. Plus de 19 de moyenne mais une douzaine de minutes de perdues, je bipe enfin avant de passer le relais. La place n’est pas brillante, mais je me console en me disant que la perte reste minime sur la durée d’un 24 heures et que mes équipiers vont vite regagner le terrain perdu, tout en se régalant sur le parcours. Ils y vont même plutôt comme des morfales, les tours tombent en une demi-heure à peine et nous voilà bientôt dans les 10 premiers du scratch, toutes catégories confondues ! Nous parvenons même à portée de la 4e place des équipes de 6, détenue par les « Nord-Sud VTT 44 » : l’émulation monte, on va les bouffer au goûter les B.N. !!! 

 

24h du Lambon 002 bis.jpg               24h du Lambon 003 bis.jpg

 

King Richard prêt à en découdre...

 

Les commentaires sont fermés.