Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Si si, le beau temps arrive...

    ... Par là bas ! Mais c'est vrai que ce dimanche, mieux valait le guetter depuis un panorama !

     

    Dériv' Dienne-Allanche-Dienne 016 bis.jpg

     

    Donc c'est ce qu'on s'est dit avec quelques courageux Dériv'chaînes. 4°C au départ, 8 de moyenne sur la journée et "quelques rares averses" promises par Météofrance histoire de réveiller l'instinct guerrier qui sommeille chez tout randonneur.

    Dériv' Dienne-Allanche-Dienne 014 bis.jpg

    De gauche à droite, Max, Eric, Olivier, Hubert et Jean-Mi de dos.

    Comme l'a répété notre GO Jean-Mi : "le froid est un état d'esprit" ! Tu m'étonnes ! ça fait juste un peu râler de ressortir les tenues d'hiver un 20 juin... 

          Dériv' Dienne-Allanche-Dienne 008 bis.jpg            Dériv' Dienne-Allanche-Dienne 019 bis.jpg

     

    Mais finalement, au bout de ce parcours Dienne-Allanche-Dienne (60 bornes dans les monts du Cézallier quand même), les chaussures retirées, pas d'engelures, de belles pistes et une sérieuse partie de manivelles !

  • Prochaines sorties estivales

    Pas de mot doux à la mi-temps (et pas de vestiaire non plus) pour les manifs de l'été dans les environs et parfois un peu plus loin. C'est scientifique, l'air libre désamorce l'agressivité liée au confinement et à l'envie de pas être ensemble ! (cf. Escalettes à Anelka : "Allez hop, de l'air !!!")

             DSCF1532.jpg     DSCF1662.jpg

                     Photos des Olympides d'Auvergne, environs de Brioude 2009.

     Les liens correspondent aux pages webs des manifestations, ainsi qu'aux notes sur ce blog lorsque j'ai participé à de précédentes éditions.

    • Week-end du 26 et 27 juin : 14e édition des Olympides d'Auvergne à Brioude (43). Le samedi : randos VTT (18, 40 et 60 kms). Le dimanche : triathlon solo ou à 2, Kayak (ou canoé)-VTT-course à pied.
    • Même dimanche 27 juin (dommage, ça fait un peu loin pour moi) : La Bois noirs Oxygène, randos (multiples distances) dans un site magnifique aux confins de la Loire, de la Haute-Loire et du Puy-de-Dôme. Départ cette année de Viscomtat (63).
    • 10-11 juillet : encore dans le Puy-de-Dôme, La ronde des sources et des volcans avec une multitude de formules possibles (sur un jour, sur les deux jours, avec ou sans repas, plusieurs circuits). Départ de Châtel-Guyon.
    • 18 juillet : rando des Circuits des Estives en Cézallier, au départ d'Allanche (15). 2 circuits VTT (20 et 45 kms) avec 2 extensions au choix. Voir ici et
    • 24 juillet au soir : compétition en nocturne, la Ronde du renard. 8 tours (maxi) de 6 kilomètres à effectuer en 2 heures autour du plan d'eau du Vernet-la-Varenne (63). Prévoir l'éclairage ! Si c'est jouissif ? Je veux !
    • 15 aoûtFoulée du Cézallier à Marcenat (15). Rando 10/14/32 kms.
    • 29 août : Sancy Verte (compétition) au départ de La Bourboule (63). LA classique auvergnate qui est aux monts du Sancy ce que la Pastourelle est à ceux du Cantal...
    • Séance de rattrapage la semaine suivante (5 septembre) à Aydat pour la Ronde des Lacs (rando).
    • Et encore une autre : La Ronde des Gaulois, le 12 septembre, organisée par le XC 63
    • 19 septembre : la Lyon free, ou la revanche du vélo (et même du VTT !) en ville.

    Tout ceci reste bien sûr à compléter en fonction des envies...

  • Ouverture sur le monde

    Quel besoin a-t-on de taper sur l'équipe à Domenech ? Voilà un sport national dans lequel les Français sont champions du monde et depuis hier soir la meute se déchaîne. Ce n'est pas que ce soit déplaisant : en sortant de son ronron, L'Equipe (gros titre à la une : "les imposteurs" !) redevient inspirée. Enfin du grain à moudre. Et les journalistes de s'engager... avec des risques bien moindres que contre la bande à Aimé Jacquet en 98. Voilà en ce 18 juin une forme de "résistance" bien tardive ! Au dénigrement généralisé je préfère la déclaration toute en retenue d'un Lloris, rare bleu irréprochable hier et dans le rôle ingrat du gardien à la pêche, lâché par son équipage : "Non, non, je ne réagis pas, sinon je vais lâcher un truc" !

    Ceci étant constaté, l'élimination annoncée de la France est une excellente nouvelle pour le football mondial : zéro but marqué et une qualité de jeu qui frôle l'indécence, on espère qu'il y aura mieux à voir pendant la suite de la coupe du monde en profitant de ce mois de juin maussade. Belle occase donnée aux Français que le foot intéresse vraiment de se pencher sur le jeu des équipes qui le méritent. Et pourquoi pas sur leur culture, même populaire ! Une triste constatation que cette absence de considération pour les habitants du pays hôte, d'ailleurs. Que nous ont appris sur l'Afrique du Sud les retransmissions et les reportages de la coupe du monde ? Qu'en restera-t-il réellement après la finale pour ce pays et ce continent malgré les belles promesses de la FIFA ?

     Il aura fallu que le patrimoine s'invite bruyamment dans les stades et sur nos écrans (les fameuses vuvuzélas) pour que l'on en cause un peu, et comme d'habitude en le dénigrant et en essayant de faire cesser ce vacarme jugé épouvantable. Sur Mandéla et l'évolution d'une nation pourtant passionnante à plein d'égards, presque rien (heureusement on a vu l'équipe des bafana bafana, on sait qu'ils jouent en jaune et vert et que si eux non plus n'ont pas le niveau et encaissent des buts, au moins ils en marquent en jouant ensemble... ce qui n'est pas rassurant en vue de notre dernier match chez eux). Je me trompe peut-être, mais il me semble qu'un évènement sportif de ce calibre devrait aussi fournir l'occasion d'un vrai dépaysement pour le télespectateur. Dans mes lointains souvenirs, les exploits de "vrais" bleus en 1986 n'avaient pas empêché nos envoyés spéciaux de nous faire découvrir le... Mexique en sortant régulièrement des enceintes sportives. Et pour le préado fan de foot que j'étais c'était un ingrédient de la fête. C'est ainsi que Mexico 86 doit être mon seul album Panini complet (une forme d'accomplissement, je n'en ai plus fait depuis).

    Et si le manque d'effort culturel était aussi symptômatique de ce qui est arrivé à l'équipe de France, retranchée dans son hôtel luxueux, les casques des MP3 vissés sur la tête ? Le moment est venu de les ôter, de profiter avant qu'il soit trop tard de la chance d'avoir voyagé, et d'observer encore et encore, jusqu'à s'en imprégner, ce qui fait la "culture football", la vraie...  

  • Nouveautés

    Pour compléter la note publiée avant-hier sur la "Jussacoise", quelques photos prises par l'organisation confirment que les p'tits gars en jaune n'étaient pas venus pour faire du gras aux ravitos (pourtant ils étaient très bien achalandés !)

                                             
                      jussacoise2010_003[1] bis.JPG      jussacoise2010_008[1] bis.JPG

     

    Approche différente chez les Dériv'chaînes (voir le reportage ici), il est vrai que vu la météo il valait mieux garder des calories...

    Par ailleurs, de nouveaux liens sont à consulter dans la colonne à gauche. Pas mal non plus pour savoir où rouler à l'amorce de cet été !

     

                         jussacoise2010_005[1] bis.JPG              jussacoise2010_006[1] bis.JPG
  • Week-end chargé

    jussacoise 6.06 021bis.jpg

     

    Ces deux jours de début juin c'était triple dose (!). D'abord le défilé en ville annoncé pour la « fête du vélo » (note précédente) le samedi matin... Certes au ralenti, mais avec une bonne vingtaine de bornes au compteur quand même !

    Le temps de reprendre les grosses roues pour le rendez-vous habituel de l'ACVA et c'est reparti. Sous un soleil de plomb et une étoile de méchante humeur pour les uns et les autres (poésie épique):

     A peine lancés, bris de chaîne à réparer.

     Au bout de trois kilomètres de goudron crevaison,

     Puis transmission coincée à la première grosse montée !

     Y'a des jours comme ça...

     

                 sortie ACVA 5 juin 018.jpg                                        sortie ACVA 5 juin 016 bis.jpg

    La mousse à raser est encore de sortie (confondue avec une vraie bombe anti-crevaison ? C'est pour ça qu'elle a autant de mal à colmater !)

    En général, ce genre de mésaventures aboutit à une séance de « fractionné » (comprenez : entre deux arrêts les plus impatients lancent des « mines » dans tous les sens) et si l'on se prend au jeu, on rentre « cramé ». A moins de se rafraîchir en boycottant les passerelles.

    Or la pluie de ces dernières semaines avait gonflé les passages à gué pour les rendre plus tentants encore !

     

                  sortie ACVA 5 juin 002 bis.jpg        sortie ACVA 5 juin 003 bis.jpg
    sortie ACVA 5 juin 007 bis.jpg

    Dans la brume jussacoise (récit perso)

     

    Notre petit a le sommeil agité ces temps-ci, donc ses parents aussi, donc on remet ça... après une nuit pas trop réparatrice !

    Tôt le matin, bref trajet en voiture jusqu'aux portes des Monts du Cantal pour la 4e Jussacoise. La météo est à nouveau pourrie euh... maussade. Mais j'ai assez regretté de ne pas m'être aligné aux éditions précédentes, alors !jussacoise 6.06 010 bis.jpg

    Une fois inscrit, le dilemme est cornélien : accompagner mes collègues en jaune, ou les Dériv'chaînes également nombreux (d'où la collection de coupes décernées par les organisateurs aux deux groupes) ? Cuissard Dériv'chaînes, haut ACVA, j'ai bien pris garde à ne vexer personne, et c'est cette diplomatie d'amateur qui me vaut de me faire chambrer des deux côtés ! C'est décidé, même si je suis un peu sceptique sur mes capacités à garder sa roue, je me cale finalement sur le rythme de Guillaume, Maursois affûté (maillot vert ci-dessous). Quasiment dès le départ, le tracé du 36 kms ne tarde pas à nous mener vers les brumes des plateaux environnants. Les sentiers monotraces en sous-bois se chargent d'étirer la file des participants : tout en discutant, nous montons progressivement en rythme, mes sensations sont bonnes et nous lâchons bientôt ceux que les passages délicats obligent à mettre pied à terre. Ma roue libre et mon dérailleur récalcitrants (négligence coupable de ma part depuis la Pastourelle) ne m'empêchent pas de bien avancer. Dommage, c'est raté pour les panoramas qui doivent vraiment valoir le coup par beau temps, mais l'atmosphère cotonneuse a aussi ses charmes.

    Au premier ravito, je décide de nous arrêter, ce que nous sommes les premiers à faire : visiblement pressés, les performers de l'ACVA n'ont même pas attendu que le stand soit déployé !

    La suite du parcours est également vallonnée, et plus délicate que je n'aurais cru. Ici, les sous-bois sont restés très humides et même boueux par endroits. Vigilance et circonspection dans les descentes, et montées à assurer de préférence « au train ». Au village de Crandelles, après une quinzaine de kilomètres, plus de 400 mètres de D+ ont déjà été avalés ! C'est à partir de là que je commence à faire « l'élastique », le cardio ne monte plus, tandis que Yoan, visiblement en forme, s'échappe.  Un nouveau passage en sous-bois se révèle cette fois impraticable, puis il faut déchausser à nouveau pour franchir une passerelle avant la remontée aboutissant au 2e ravito, bien mérité !

    Tiens, les Dériv'chaînes qui nous rejoignent ont le visage marqué, même les habitués du « jardinage » ! (ça les gars j'avais dit que je vous louperais pas... c'est fait). Et ils n'ont pas tous évité les pièges, quelques récits de bonnes gamelles et l'état des maillots en témoignent.

     

    jussacoise 6.06 001 bis.jpg
                          jussacoise 6.06 002 bis.jpg               jussacoise 6.06 008 bis.jpg

    Quelques vannes plus loin, la partie « retour » est à l'avenant, toujours aussi « casse-pattes ». Mais on ne va pas se plaindre, les portions de route sont vraiment réduites au minimum. Même sans être « rincé », je dois m'employer pour rester au contact, d'autant que ma roue libre capricieuse m'oblige à pédaler en permanence en descente : pas top !

    A l'arrivée de ce parcours assez court mais exigeant, l'échange des impressions se fait au lavage des vélos... et surtout à la buvette pendant la remise des prix ! Bonne ambiance, organisation généreuse et itinéraire de « vrai TT », il faudra revenir pour le soleil !

     

                      jussacoise 6.06 014 bis.jpg                   jussacoise 6.06 020 bis.jpg
  • Le vélo pour changer la ville

    Ce samedi est l'occasion d'une double initiative :

    Plutôt qu'une "journée sans voiture" (comme si ça devait être une privation !), une journée de "fête du vélo" (faites du vélo ?) sur le plan national, et une démonstration de force pour "Vélo Cité 15", l'association militant pour la pratique du vélo à Aurillac. Comme j'en ai déjà fait écho à de plusieurs reprises sur ce blog (la dernière fois ici), la capitale du Cantal n'est pas le lieu idéal pour pédaler. Mais il semblerait que les choses bougent ! Le blog de l'association en fait état, d'une façon qui me plaît bien : en relevant les progrès. Mais sans complaisance !

    Un bon prétexte pour poser les roues en ville demain, et sous le soleil...

     

    Affiche+Tous+à+vélo.jpg
  • Pastourelle 2010, ambiance

    12e Pastourelle à Salers (c'était samedi dernier), et ma 4e participation consécutive au Raid VTT.

    - Qu'en dire ?

    - D'abord, que ç'a été une belle réussite, avec un peu de chance question météo au vu des jours suivants (!) et une manif qui continue à se bonifier au fil des éditions.

    Plaisir aussi pour le pratiquant plus ou moins régulier de trouver d'autres passionnés venus d'horizons parfois lointains : la diversité des maillots (clubs ou associations) en témoigne !

    Pastourelle 001 bis.jpg

    - Mais c'est aussi les joies simples des préparatifs avec ses petits tracas dans le clan des vététistes de l'ACVA : jusqu'ici tout va bien pour les shadoks (ci-dessous)... et quelques secondes plus tard on bascule dans « LA HAINE » à cause d'un embout de valve récalcitrant ! La sanction est immédiate : pneu à plat, lavage de voiture à prévoir et recherche à quatre pattes dans l'herbe de l'adaptateur perdu. L'échauffement ne se présente plus tout à fait comme prévu, il va falloir s'adapter ? Heureusement, le temps d'aller chercher les plaques, tout sera rentré dans l'ordre.

     

                   Pastourelle 002 bis.jpg               Pastourelle 006 bis.jpg

     

    - Et sinon, mes sensations personnelles ? Préservées, sans trop souffrir sur le parcours... ce qui était loin d'être assuré deux-trois semaines auparavant. Au-delà du classement, c'est le bonheur pris 4 heures 30 durant avec mes compères « d'échappée » Vincent et Pierre qui prime.

    Les conditions idéales, les parfums printaniers au bord du chemin lors de la 1ère ascension (un petit air de Tahiti ?), et toujours le frisson dans les descentes techniques !

     

    Contrepartie "sine qua non"

     

    Mais il m'a fallu pour y avoir droit me faire violence et m'entraîner... sur route ! Avec la « carotte » de ma première ascension du Puy Mary (1588m) sur mon ancien VTT, preuve de l'exploit à l'appui, atteint en début de semaine dernière. Je précise sans le siège bébé, car il ne faut pas non plus confondre « endurcissement » et « torture » ! En tout cas, la puissance gagnée lors de ces quelques séances de « goudron sans clope et sans plume » m'a été fort utile pour les montées annoncées. Sur les 58 kms du parcours, deux grosses parties montantes et 1660 mètres de dénivelé positif... La nouvelle grimpette depuis le village du Vaulmier était un défi que j'ai relevé autant que j'ai pu sans portage.

    Puy Mary !.jpg

    A la clé une acceptable 102e place, pas si loin de mon meilleur classement (89e en 2007), sans pourtant chercher la performance à tout prix. La saison est (enfin) lancée !