Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Abus d'optimisme et conséquences

    Un danger majeur en VTT en automne :

    Les feuilles mortes.

    Voilà l'occasion d'un coup de gueule contre les arbres qui les perdent. C'est vrai, c'est perfide ces trucs-là : ça cache tous les obstacles, pour peu qu'il ait plu ça fait déraper, on ne peut plus freiner en confiance, etc ! A part ça c'est très joli à voir tomber, ça a inspiré des tas de poètes, mais... Elles pourraient se rassembler ailleurs que sur les chemins !

    Du coup, il faut que je raconte ma gamelle perso de l'autre jour qui m'a permis d'achever en beauté un vieux cuissard :

    Les feuilles n'y sont pour rien (quoique), mon pilotage renommé non plus du reste. Bon, certes, je savais qu'en prenant la partie haute du dévers pour doubler en descente, je m'exposais à quelques retours de bâton... mais je n'avais pas imaginé qu'il s'en trouverait un, de bâton, pour venir carrément bloquer ma roue.

    Et hop ! Tout le monde descend ! Pas le temps de déchausser, le dévers m'entraîne sur mon côté gauche, je m'étale plus ou moins artistiquement en emmenant Rémi embrasser le poteau de fils barbelés. Certes, il n'avait rien demandé, mais il m'a aussi semblé qu'il n'avait rien de plus urgent à faire sur ce coup-là... ;)) Non, désolé, dommage collatéral ! D'ailleurs, au final, c'est votre serviteur qui a pris l'essentiel, vu qu'il a essayé de préserver autant que possible à la fois le vélo et l'adversaire.

    Mission accomplie, donc ! Comme dirait le carrossier de garde, un peu de "vernis" perdu sur la jambe gauche là où ça a frotté, mais ça c'est rien. côté droit : cale pas déchaussée, donc ce sont les dents du grand plateau qui se sont occupées de réceptionner tendrement mon mollet (ça fait mal là).

    champ. Auvergne 4.10 008.jpg

     Quant aux fessiers... je ne m'en suis pas rendu compte sur le coup (objectif n°1 : éviter la photo ; objectif n°2 : repartir pleins gaz pour laisser à un autre la lanterne rouge dans la descente), mais ils se sont bien investis pour ralentir la glissade. Résultat, des féfesses joliment zébrées et un cuissard mort... avec les honneurs !

        

  • Ecologie, automobile et vélo

    Enquête dans le dernier numéro de "l'Automobile magazine" : la pollution des véhicules n'est pas forcément proportionnelle au taux de CO2 qu'ils rejettent ! Plus les moteurs appartiennent à une technologie élaborée, et moins ils polluent, autant en diesel qu'en essence. Des chiffres étonnants. Une fois de plus, on voit que l'idée de "bonus-malus" initiée par le gouvernement n'est pas exempte de tout reproche en matière d'écologie ! 

    Comme il en a l'habitude, Jean-Pierre Beltoise, dans le numéro de "l'Equipe" spécial Mondial de l'auto, revient lui sur le seul domaine maîtrisable par tout un chacun : sa propre conduite, ou comment économiser du carburant, et par là même, moins polluer. Ce que l'on néglige un peu trop facilement, en comptant sur les constructeurs pour nous "pondre" des voitures propres que nous nous contenterons de payer.

    Sauf que même en déboursant beaucoup, on ne peut pas s'acheter de bonne conscience en la matière : salon de Paris après salon de Paris, depuis plusieurs éditions les spots restent braqués sur la "voiture écolo", mais les solutions "zéro émission" se font attendre. On a même oublié que la vedette d'il y a deux ans était l'E 85 (le fameux "bio-éthanol"), qualifié alors de "carburant vert" !

    Le problème est complexe, et le moteur à explosion a encore de beaux jours devant lui. Mais encore un signe que les moeurs évoluent : la dernière pub Audi où l'on voit deux conducteurs "se tirer la bourre" à la consommation moyenne sur leur ordinateur de bord.

    De mon côté, j'ai constaté que les années où je roulais davantage à vélo, je faisais moins de kilomètres en voiture et inversement... Et en plus, l'habitude du vélo incite à davantage anticiper en voiture pour éviter des efforts inutiles au moteur. Pas mal, non ?

  • Manquait plus qu'ça...

    Lu dans le courrier des lecteurs du dernier numéro de Télérama (je sais, j'ai de saines lectures, on me l'a déjà dit :D) :

    à propos du retour de Lance Armstrong sur le Tour l'an prochain :

    "Un petit pas pour le cyclisme, un pas de géant pour le dopage !"

    200% d'accord... sauf que s'agissant du cyclisme pro, pour moi ce n'est plus un pas de géant mais un grand coup de 54X12 ! Bon courage au reste du peloton et de la caravane si l'annonce est confirmée.