Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Tracteur à pédales

    Ami lecteur, je te livre ici le secret de mon aisance technique à VTT : l'entraînement, et ce depuis mon plus jeune âge ! On voit sur ce document que rien ne m'est épargné : passages trialisants, obstacles perfidement placés...

    tracteur.jpg
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    Au passage, voici donc dévoilé mon premier engin (d'origine agricole) de tout-terrain à pédales que j'évoquais il y a quelque temps déjà. A l'heure où une mode venue des States voudrait nous faire revenir au singlespeed, voilà la solution ultime pour se passer de dérailleur ! Et un volant, c'est quand même beaucoup plus pratique.
     
     
     
  • Changement de coin, les bonheurs de l'imprévu

    Samedi dernier, sortie club un peu plus loin qu'à l'ordinaire : voitures mises à contribution (mais pas longtemps), direction le sud - châtaigneraie cantalienne - pour un nouveau circuit.

    Casser la routine, une initiative profitable à la fois mentalement, mais aussi pour l'entraînement et l'expérience : le profil vallonné, bien que sans trop de dénivelé, a contraint les jeunes à puiser dans leurs réserves, surtout lorsqu'ils ont commencé un peu fort !

    A leur décharge, la plupart ne participent aux sorties hebdomadaires que depuis la dernière rentrée scolaire et ont déjà bien progressé. Au début, la première difficulté était d'aller au bout : le manque d'habitude du rythme et de la distance à la fois sont difficiles à  compenser dans un sport qui nécessite des suites d'efforts courts mais violents et répétitifs. Les écarts avec les plus entraînés que l'on voudrait suivre se font vite, et le moral chute en proportion. Et puis il y a des aléas : tous les conseils ne remplaceront pas "la pédagogie par l'erreur" !

    Exemple sur les premières fois : lorsqu'ils voient les "anciens" commencer à se ravitailler au bout de 10 à 15 kms de chemin, certains ravalent comme ils peuvent leur fierté : "Dis, t'aurais pas une barre ?!".

    Plus problématique, surtout quand il fait chaud : on n'imagine pas la quantité d'eau que le corps peut réclamer dans certaines conditions avant d'en avoir fait l'expérience.

    Enfin, le fait de vouloir rouler plus vite amène aussi son lot d'erreurs techniques (manque de lucidité) et de crevaisons. C'est dans ces occasions que survient LA QUESTION A NE PAS POSER : "Tu as bien pris de quoi réparer ?" (c'est sûr, il y en a qui vont se reconnaître ! ;-))). Et parfois c'est le circuit qui n'aide pas, comme au printemps où les débardages ont apporté leur lot de pièges. Une sortie récente sur Ytrac est même venue à bout des matériels de réparation et du temps imparti, au point d'avoir à écourter la balade !

     Mais pas cette fois-ci : signe que le métier commence à rentrer, désormais tous s'équipent de façon à avoir de quoi réparer et s'alimenter, et plus personne n'"explose" avant la fin.

    Tout le groupe a ainsi pu profiter de la belle boucle en sous-bois en dernière partie, avec descentes techniques et parfois piégeuses (quelques chutes ?) et relances parfois plus longues qu'escompté ! Malgré un chouïa de boue (inévitable !) au commencement, la première partie également était  très agréable et variée. Je reconnais que j'y ai été moi aussi de ma gamelle perso après une descente menée "tambour battant" au milieu des genêts : une remontée imprévue avec une rigole, la roue avant qui se dérobe, et voilà comment faire râler en les bouchonnant tous ceux que je venais de "déposer" ! C'était pas "la pelle du 18 juin" mais pas loin :-D

    Les erreurs par manque d'anticipation n'arrivent pas qu'aux autres... L'euphorie permet de dépasser ses limites, mais sanctionne aussi sévèrement ceux qui oublient de la mettre en stand-by ! (voir note sur ma course à la Pastourelle).

    En tout cas, c'était un bonheur de se laisser guider par les "régionaux de l'étape". Et de profiter du casse-croûte reconstituant après tous ces efforts (Merci encore à nos hôtes) !